BFMTV

Hébergement d'urgence: 2.870 places supplémentaires en Ile-de-France cet hiver

Avec l'hiver, de nouvelles places d'hébergement d'urgence vont être mises en place en Ile-de-France.

Avec l'hiver, de nouvelles places d'hébergement d'urgence vont être mises en place en Ile-de-France. - Kenzo Tribouillard - AFP

Ce hiver les structures d'hébergement d'urgence seront renforcées en Ile-de-France avec 2.870 places supplémentaires. Le dispositif sera mis en place à partir du 1er novembre.

Les structures d'hébergement d'urgence bénéficieront de 2.870 places supplémentaires pour "mettre à l'abri les personnes à la rue" pendant l'hiver, a annoncé jeudi au cours d'une conférence de presse le préfet de la région Ile-de-France Jean-François Carenco. Ces places seront ouvertes progressivement à partir du 1er novembre, et toutes devraient être opérationnelles au 15 décembre. Les personnes seront "prises en charge de façon continue, sans remise à la rue le matin", a précisé le préfet. 

Certaines places d'hébergement d'urgence pourraient être pérennisées après la période hivernale. L'an dernier, 1.100 places n'avaient ainsi pas été refermées. Des gymnases pourraient également être réquisitionnés "si on constatait des besoins supplémentaires", a assuré le préfet.

Renforcement des maraudes

Ces places s'ajoutent aux dispositifs en vigueur qui permettent l'hébergement quotidien de 92.000 personnes en Ile-de-France. Selon le préfet, un travail social sera réalisé auprès des personnes hébergées, afin de "faire en sorte qu'à la fin de l'hiver, ils ne retournent pas à la rue", et se voient proposer une solution d'hébergement pérenne. Enfin, les équipes en charge des maraudes seront "renforcées", tandis que l'offre de numérisation des documents que les SDF souhaitent sauvegarder sera "généralisée

Les associations s'inquiètent toutefois d'un dispositif qui pourrait être insuffisant. Le Samu social de Paris est en effet déjà saturé cet automne, indique France Info. "L'augmentation de la pauvreté et l'arrivée d'un certain nombre de migrants (...) créent une inquiétude supplémentaire", confie ainsi Eric Pliez, le président du Samu social. A Paris, les campements de migrants ont grossi ces derniers jours, notamment après l'évacuation de la Jungle de Calais. La préfecture explique toutefois que des centres spécifiques et distincts des centres d'hébergement d'urgence existent pour accueillir les réfugiés. 

C. B avec l'AFP