BFMTV

Le Samu de Seine-Saint-Denis en grève le 24 décembre

Les agents du Samu de Seine-Saint-Denis ont déposé un préavis de grève pour le 24 décembre afin de dénoncer un manque de personnel qui ne permet plus de répondre correctement aux appels au 15, a-t-on appris samedi auprès du directeur du ...

Les agents du Samu de Seine-Saint-Denis ont déposé un préavis de grève pour le 24 décembre afin de dénoncer un manque de personnel qui ne permet plus de répondre correctement aux appels au 15, a-t-on appris samedi auprès du directeur du ... - LOIC VENANCE, AFP/Archives

Les agents du Samu de Seine-Saint-Denis ont déposé un préavis de grève pour le 24 décembre. Objectif? Dénoncer un manque de personnel qui ne permet plus de répondre correctement aux appels au 15, a-t-on appris samedi auprès du directeur du Samu, confirmant une information de France Bleu Paris.

"La principale revendication porte sur le manque de moyens humains. L'objectif est de répondre à 90% des appels en moins d'une minute, on en est très loin", a expliqué le docteur Frédéric Adnet, directeur du Samu en Seine-Saint-Denis.

"Hier, à Bobigny, seuls 8% des appels ont été décrochés dans la minute. C'est catastrophique et cela aboutit forcément à des morts indues", s'alarme le docteur Christophe Prudhomme, médecin urgentiste au Samu 93 et délégué CGT.

"Quant on met 5 à 6 minutes pour décrocher pour un arrêt cardiaque, la 'chute de chances' de survie est dramatique", dit l'urgentiste, qui pointe également du doigt des moyens techniques "totalement obsolètes".

Le préavis de grève commencera à 00H00 mardi. "On mettra des banderoles mais on continuera à travailler normalement, ce qui correspond en réalité à un service minimum étant donné le manque de moyens humains", déplore le docteur Prudhomme.

Dans ce département de plus de 1,5 million d'habitants, le Service d'aide médicale d'urgence reçoit chaque année plus de 650.000 appels, selon sa direction. Il prend en charge plus de 320.000 patients par an.

"L'effectif théorique est de 40 agents. Il en manque une dizaine pour travailler dans des conditions raisonnables", estime le docteur Adnet, qui dirige également les urgences de l'hôpital Avicenne (AP-HP), à Bobigny.

Avec AFP