BFMTV

L'homme agressé par des supporters de Chelsea a porté plainte           

Un extrait de la vidéo où un homme se fait agresser pour sa couleur de peau.

Un extrait de la vidéo où un homme se fait agresser pour sa couleur de peau. - BFMTV

Le Parisien a retrouvé l'homme noir agressé sur un quai de métro mardi soir par des supporters britanniques de Chelsea. Ce père de famille n'était pas au courant de l'ampleur qu'a pris son histoire, et a porté plainte ce jeudi.

Souleymane, 33 ans, n'avait pas la moindre idée que son agression sur le quai d'un métro avait été filmée et médiatisée aussi bien en France qu'outre-Manche. Après avoir découvert ce jeudi l'ampleur que l'histoire a pris, il a déposé plainte, a-t-on appris de source judiciaire.

Retrouvé par Le Parisien mercredi, ce père de famille noir, chef d'exploitation dans une entreprise, avait déjà tourné la page malgré la violence des faits. Pour rappel, mardi soir, il avait été empêché de monter dans une rame du métro par des supporters de Chelsea scandant "Nous sommes racistes!". 

"Vous savez, je vis avec le racisme, je n'étais pas vraiment surpris de ce qui m'arrivait, même si c'était une première dans le métro. Je suis rentré chez moi sans parler de cette histoire à personne, ni à ma femme, ni à mes enfants. Qu'est-ce que je leur aurais dit? Que papa s'est fait bousculer dans le métro parce qu'il est noir? Cela ne sert à rien."

Indignation générale

L'histoire, filmée par un badaud sur le quai, a provoqué une onde de choc. Quelques heures après la diffusion de la vidéo sur le site du quotidien The Guardian, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "violences volontaires en raison de la race". En Angleterre, Scotland Yard a même proposé son aide aux autorités françaises pour l'identification des agresseurs, et le Premier ministre David Cameron a dénoncé des "faits très, très graves". 

Dans le monde du football, le malaise est tout aussi grand. "C'est scandaleux. Le club a pris une position très ferme, et se met à la disposition de l'administration" pour aider à l'enquête, explique à BFMTV Christophe Lollichon, entraîneur des gardiens de Chelsea. Un ancien joueur des Blues, Paul Canoville, premier joueur noir du club, a lui aussi réagi. "Ce n'est pas Chelsea dans son ensemble, mais une infime partie. Ce sont des imbéciles, et le club va s'en occuper", nuance-t-il. Côté supporters, la colère domine. "Ce sont des idiots qui nous insultent, j'espère qu'ils vont être bannis", résume l'un d'eux.

Une scène "qui a duré six ou sept minutes"

Souleymane n'en revient pas. Privé de son téléphone, qu'il a perdu dans l'altercation, il ne savait rien de tout cela, et a découvert l'ampleur de l'histoire grâce au Parisien. "Tout ça me donne le courage d'aller porter plainte à la police. Ces supporters anglais doivent être retrouvés, punis et enfermés", s'indigne-t-il.

Revenant sur l'agression, il se souvient "être resté longtemps face" aux supporters déchaînés, alors que personne ne réagissait sur le quai. "Ils me disaient des trucs en anglais, mais je ne comprenais pas vraiment le sens de leurs propos. J'ai tout de même bien saisi qu'ils s'en prenaient à moi à cause de ma couleur de peau. La scène a duré six ou sept minutes. Une personne est venue me dire ensuite que j'avais été courageux de résister à des gens comme ça. Des agents de la RATP ont fini par intervenir, mais seulement pour s'assurer qu'il n'y avait pas de bagarre. Aucun usager n'a pris ma défense. Mais de toute façon, que pouvait-on faire? Ensuite, le métro est reparti, et moi j'ai pris le suivant."
A. G. avec J.S