BFMTV

INFOGRAPHIES. Toulon, Rennes, Nice... Quelles métropoles pourraient bientôt instaurer un couvre-feu?

Quelles métropoles seront bientôt concernées par le couvre-feu ?

Quelles métropoles seront bientôt concernées par le couvre-feu ? - BFMTV

Imposé dans neuf métropoles depuis samedi, le couvre-feu pourrait être mis en place dans ces autres grandes villes si leur situation sanitaire se dégrade.

Aix-Marseille, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse et l'Île-de France: voici les zones où un couvre-feu est en vigueur depuis le samedi 17 octobre. Cette liste n'a pas été définie au hasard, elle se base sur trois critères:

  1. Une "incidence à plus de 250 pour 100.000 habitants".
  2. Une "incidence des personnes âgées supérieure à 100"
  3. Un "taux d’occupation des lits de réanimation supérieur à 30% et une dynamique conduisant à un dépassement des 50% dans les prochaines semaines"

En se basant sur les chiffres officiels de Santé Publique France, on peut évaluer la situation sanitaire actuelle de chaque métropole. Nous avons donc rassemblé dans une infographie interactive les données des 13 métropoles françaises qui ne sont pour l'instant pas concernées par le couvre-feu: Bordeaux, Brest, Clermont-Ferrand, Dijon, Metz, Nancy, Nantes, Nice, Orléans, Rennes, Strasbourg, Toulon et Tours.

Orléans, Nice, Clermont-Ferrand et Toulon bientôt concernées par le couvre-feu ?

Lorsqu'une de ces métropoles dépasse le seuil d'alerte d'un critère, la case devient rouge. Lorsqu'elle se rapproche du seuil d'alerte, la case devient rose. Si la situation n'est pas encore jugée préoccupante, la case reste grise. Comme on peut le voir sur l'infographie, plusieurs métropoles - Orléans, Nice, Clermont-Ferrand, Toulon... - ont donc déjà dépassé des seuils d'alerte ou s'en rapprochent dangereusement.

Pour en savoir plus et afficher les chiffres des métropoles, cliquez sur les cases qui vous intéressent. Si l'infographie ne s'affiche pas correctement sur votre appareil, cliquez ici.

Comment savoir si une métropole devra bientôt instaurer un couvre-feu?

Ce tableau se base sur les données de Santé Publique France, qui permettent de vérifier quotidiennement les taux d'incidences de toutes les métropoles. Pour rappel, ce critère correspond au nombre de nouveaux cas de coronavirus officiellement comptabilisés sur les 7 derniers jours. Afin de comparer équitablement les métropoles, on rapporte ce chiffre à 100.000 habitants.

Le troisième critère - le taux d’occupation des lits de réanimation - est en revanche plus difficile à observer. En effet, Santé Publique France ne révèle pas le nombre de personnes en soins intensifs à cause du Covid-19 par métropole mais par département.

De plus, les dernières données de la DREES à propos du nombre de lits de réanimation datent de 2018. Leur nombre ne semble cependant pas avoir énormément varié ces deux dernières années, à en croire les déclarations du ministre de la Santé Olivier Véran. Cette stabilité permet donc d'estimer le taux d’occupation des lits de réanimation au niveau départemental: un indicateur plutôt pertinent, quand on sait que la majorité des contaminations des départements se concentrent dans les métropoles.

L'évolution des indicateurs pour le couvre-feu, métropole par métropole

L'application du couvre-feu n'est cependant pas automatique: ce n'est pas parce qu'une métropole dépasse les trois seuils qu'elle sera directement concernée par la mesure. De plus, nous ne disposons pas du taux précis d’occupation des lits de réanimation par métropole mais d'une simple estimation au niveau départemental.

Si vous souhaitez consulter l'évolution des trois critères dans la métropole de votre choix, consultez l'infographie ci-dessous. Par défaut, c'est le taux d'incidence en population générale qui est affiché. Cliquez une fois sur la grosse flèche pour afficher le taux d'incidence des personnes âgées, cliquez à nouveau sur la grosse flèche pour afficher l'estimation du taux d’occupation des lits de réanimation au niveau départemental.

Si l'infographie ne s'affiche pas correctement sur votre appareil, cliquez ici.

Louis Tanca Journaliste BFMTV