BFMTV

Indre: plusieurs milliers de manifestants pour la réouverture d'une maternité

Manifestation à Blanc dans l'Indre.

Manifestation à Blanc dans l'Indre. - GUILLAUME SOUVANT / AFP

La fermeture de la maternité du Blanc, dans l'Indre, suscite la colère des habitants et élus locaux.

Entre 2.000 et 3.000 personnes, selon la police et les organisateurs, ont manifesté samedi pour la réouverture de la maternité du Blanc dans l'Indre, fermée fin juin pour manque de personnel. Intitulée "Le Blanc voit rouge", la manifestation a réunit plusieurs milliers de personnes vêtues de rouge, qui ont défilé derrière un char sur lequel était inscrit "Liberté, égalité, maternité".

De nombreux élus étaient présents ainsi que des employés de la maternité de Vierzon (Cher) venus en signe de solidarité.

"Tous les bords politiques sont-là. Il y a unanimité sur ce dossier", a lancé le député (LREM) François Jolivet. "J'ai quatre enfants, deux garçons et deux filles. Ils sont nés au Blanc. Fermer la maternité est une honte. Notre combat est un combat pour la ruralité", a déclaré Jacques Chazeaux, 74 ans. 

"Il faut sauver la maternité. C'est un outil d'aménagement du territoire rural, indispensable à notre développement", a ajouté Annick Gombert, maire de la ville, conseillère régionale, membre du groupe socialistes, radicaux et démocrates.

La sécurité en question

L'hôpital de Châteauroux, gestionnaire de la maternité, a décidé en juin de la fermeture estivale de la maternité du Blanc, par manque de personnel. Cette fermeture a été prolongée jusqu'à fin octobre.

"Une maternité réalisant environ 250 accouchements, sans médecin titulaire, et du personnel paramédical en partie intérimaire (...) pose des questions de sécurité et de continuité médicale", a expliqué l'Agence régionale de santé (ARS) Centre-Val-de-Loire, dans un communiqué en août.

Les femmes devant accoucher en septembre ou octobre sont prises en charge par les équipes de Châteauroux, Poitiers ou Châtellerault, à plus d'une heure de route de leur domicile.

D. N. avec AFP