BFMTV

Ile-de-France: comment les pompes funèbres s'adaptent à l'épidémie de coronavirus

Depuis le début de l'épidémie, plus de 800 personnes atteintes du covid-19 sont mortes dans les hôpitaux en Île-de-France.

Pour les proches et les familles de défunts, c'est une épreuve supplémentaire dans une période déjà douloureuse. En pleine épidémie de coronavirus, les enterrements et les crémations ont été bouleversés par les mesures prises pour lutter contre la propagation du covid-19. 

Hausse de la mortalité en région parisienne

Première conséquence de cette épidémie: de nombreuses démarches ont été ralenties. Les corps des défunts commencent donc à s'accumuler tandis que Paris et sa proche banlieue font face à une augmentation de 20% à 30% de la mortalité. 

"Pour l'instant, ils sont déposés dans les funérariums ou dans les chambres mortuaires", répond Richard Feret, directeur général de la confédération du funéraire et de la marbrerie.

Mais si le nombre de corps à stocker venaient à augmenter, des solutions ont été imaginées assure-t-il. "Certains opérateurs ont déjà mobilisés, au cas où, des containers réfrigérés", précise ce représentant de la profession. 

Fermeture immédiate du cercueil

Sans réponse claire sur ce sujet, les pompes funèbres ont par ailleurs dû s'adapter à la potentielle contagiosité du corps des défunts, Dans le cas d'une suspicion de covid-19, les services funéraires procèdent donc à une fermeture immédiate du cercueil. 

"Pour les familles c'est très difficile. C'est le choc du décès qui est accompagné par le choc de ne pas pouvoir faire son deuil de façon classique", affirme Camille Strozski, responsable de Pompes Funèbres 1887.

A cela s'ajoute les mesures de confinement et les restrictions de regroupement - limité à 20 personnes dans le cas d'un décès - qui empêche le plus souvent les familles de se retrouver. Toutefois, certains opérateurs proposent des alternatives, notamment un hommage digital ou une seconde cérémonie une fois les mesures levées.

Dans cette période hors norme, il est également conseillé aux proches des défunts de consulter pour pouvoir être accompagné dans leur deuil. 

Benjamin Rieth