BFMTV

Hauts-de-Seine: après quatre mois de grève des postiers, toujours pas de courrier

Depuis maintenant quatre mois, une grève des postiers affecte la distribution du courrier dans les Hauts-de-Seine, où des centaines de milliers de plis n'ont toujours pas été distribués.

Le mouvement a démarré il y a quatre mois et il pourrait encore se poursuivre. Depuis le 26 mars dernier, 130 à 150 facteurs sont en grève à Boulogne-Billancourt, Neuilly, Asnières, Gennevilliers, et dans une dizaine d'autres communes des Hauts-de-Seine, selon le syndicat Sud Poste.

Cent quinze jours de grève et des centaines de milliers de courriers qui n'arrivent toujours pas dans les boîtes aux lettres, alors qu'entre les facteurs et leur direction, le conflit demeure insoluble. 

L'exaspération des usagers

Les postiers dénoncent notamment des suppressions d'emploi et le licenciement d'un agent syndiqué de La Poste, mais les discussions sont au point mort.

"On a eu un refus total de discuter de la part de la direction, ce qui fait qu'on a eu un million de courriers en souffrance et des centaines de milliers de courriers recommandés. C'est totalement irresponsable alors qu'il aurait été possible pour nous dès le premier ou le deuxième jour de grève, de s'asseoir et de trouver un compromis", explique Xavier Chiarelli, secrétaire départemental adjoint de Sud Poste 92.

Du côté des habitants du département, la situation devient de plus en plus difficile, notamment pour les médecins et leurs patients, en attente de résultats d'analyses médicales.

"On a des pauvres patients qui attendent des résultats dans la crainte d'un cancer ou pas, et le fait d'avoir des retards de plus de deux mois, c'est inadmissible. Avec notre charge de travail, devoir appeler les instituts pour qu'ils nous faxent les résultats à l'ancienne, ce n'est pas normal", explique Vanessa, médecin généraliste à Boulogne.

Un conflit qui s'enlise

Mardi, trois syndicalistes de La Poste ont été convoqués au commissariat de Villeneuve-la-Garenne, après une plainte de la direction pour "violation de domicile", rapporte Le Parisien. Le 31 mai dernier, les représentants de Sud Poste étaient entrés dans les locaux du centre de tri de Villeneuve-la-Garenne, promis à la fermeture avant l’été prochain. De cet incident, la direction de La Poste ne souhaite rien dire, mais "déplore les intrusions quasi-quotidiennes des grévistes dans les établissements de distribution de courrier".

Pour soutenir les trois syndicalistes, environ vingt-cinq personnes s'étaient rassemblées devant le commissariat mardi matin. Leur audition n'a pas été longue, toujours selon Le Parisien, et il revient désormais au parquet de décider d'une éventuelle convocation devant le tribunal.

Quant au nombre de grévistes, d'après la direction de La Poste, ils représentent quelque 5% de la direction Services courrier-colis des Hauts-de-Seine. Au contraire, selon Sud Poste, qui n'intègre que les facteurs dans son calcul, ils représentent 20%.

A ce jour, aucun compromis n'a été trouvé. Les habitants des Hauts-de-Seine vont devoir prendre leur mal en patience: 700.000 plis de retard doivent encore être distribués.
M. F. avec Alexia Elizabeth et Louise Pezzoli