BFMTV

Fin de vie : l'Ordre des médecins pour une "sédation terminale" exceptionnelle

Couloir d'hôpital (photo d'illustration).

Couloir d'hôpital (photo d'illustration). - -

Le Conseil national de l'Ordre des médecins envisage jeudi, pour la première fois, qu'un collège médical permette une "sédation terminale". Autrement dit, une aide active à mourir.

C'est une première. Le Conseil national de l'Ordre des médecins envisage qu'un collège médical permette une "sédation terminale" pour des patients en fin de vie ayant émis des "requêtes persistantes, lucides et réitérées". Autrement dit, une aide active à mourir.

Invoquant "un devoir d'humanité", l'Ordre souhaite, dans un avis publié jeudi, que ces cas d'"assistance à mourir" médicalisée soient réservés à des "situations exceptionnelles".

Il cite ainsi certaines "agonies prolongées" ou des douleurs "incontrôlables", pour lesquelles "les soins curatifs sont devenus inopérants".

Insuffisance de la loi actuelle

L'Ordre pointe l'insuffisance de l'actuelle loi Leonetti, qui "autorise, en fin de vie, l'emploi de traitements à doses efficaces pour soulager le patient, quand bien même ces doses seraient susceptibles d'écourter ce qui lui reste de vie".

Mais, juge-t-il, ce texte "peut n'offrir aucune solution pour certaines agonies prolongées ou pour des douleurs psychologiques et ou physiques qui, malgré les moyens mis en oeuvre, restent incontrôlables". Des solutions qui, bien que "rares", "ne peuvent demeurer sans réponse", conclue l'Ordre.