BFMTV

Desseigne reconnu père de la fille de Dati

La justice a reconnu mardi l'homme d'affaires Dominique Desseigne comme le père de Zohra, fille de l'ancienne ministre Rachida Dati, ici le 6 octobre à Paris.

La justice a reconnu mardi l'homme d'affaires Dominique Desseigne comme le père de Zohra, fille de l'ancienne ministre Rachida Dati, ici le 6 octobre à Paris. - Lionel Bonaventure - AFP

INFO BFMTV - Dominique Desseigne, reconnu mardi comme le père de Zohra Dati par la justice, va faire appel de cette décision. Rachida Dati est à l'origine de cette procédure de reconnaissance en paternité de sa fille.

La justice a reconnu, mardi, Dominique Desseigne comme le père de Zohra Dati, la fille de l'ancienne ministre aujourd'hui âgée de 5 ans et demi, a-t-on appris de source judiciaire. Et selon nos informations, l'homme d'affaires va faire appel de la décision.

Pension mensuelle de 2.500 euros

Le tribunal de grande instance (TGI) de Versailles a également condamné le PDG du groupe Lucien Barrière à verser une pension mensuelle de 2.500 euros, rétroactivement exigible à compter de décembre 2013, a précisé cette source.

"La décision est humainement et juridiquement irréprochable", a réagi l'avocate de Rachida Dati, Me Christine Guillot-Bouhours. Rachida Dati, de son côté, n'a pas souhaité réagir sur une "affaire privée".

Rachida Dati réclamait 6.000 euros

Rachida Dati, 48 ans, réélue en mars maire UMP du VIIe arrondissement de Paris, avait réclamé 6.000 euros au cours de cette procédure de reconnaissance en paternité de sa fille. Dans la plus grande discrétion, une âpre bataille judiciaire avait débuté à l'automne 2012 devant le tribunal civil.

Le TGI avait ordonné en décembre 2012 un test génétique pour établir si l'homme d'affaires de 70 ans est oui ou non le père de Zohra. L'ami fidèle de l'ancien président Nicolas Sarkozy qui avait fêté son élection en 2007 chez lui au Fouquet's a toujours nié être le père.

Refus de se soumettre à un test génétique

Le chef d'entreprise avait refusé de s'y soumettre, considérant "que Rachida Dati n'avait pas donné des éléments précis sur la période de conception", tels que des échographies, avait affirmé une source proche du dossier en octobre 2013.

Selon une jurisprudence de la Cour de cassation, "l'aveu de paternité peut résulter d'un refus de se soumettre à une expertise génétique, mais le simple refus n'est pas suffisant, il faut d'autres preuves", a commenté une source judiciaire.

Rachida Dati a donné naissance à la petite Zohra le 2 janvier 2009, alors qu'elle était garde des Sceaux. Célibataire et sans compagnon officiel à l'époque, sa grossesse et les rumeurs sur l'identité du père avaient occupé la une de nombreux magazines people.

C. P. avec AFP