BFMTV

Comment les hôpitaux se préparent-ils à la grève du 5 décembre?

La ministre de la Santé a assuré, ce mardi, que les services sanitaires se sont "préparés collectivement" à la grève du 5 décembre.

Après neuf mois de grève des urgences, la CGT, FO, SUD et le collectif Inter-Urgences ont appelé les personnels hospitaliers à se mettre eux aussi en grève le 5 décembre, pour protester contre la réforme des retraites.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a cependant assuré que les services sanitaires s'étaient "préparés collectivement" à la grève, selon une déclaration rapportée par l'Agence France-Presse (AFP).

"Je tiens à rassurer la population sur le fait qu'évidemment nous nous sommes préparés collectivement", a expliqué la ministre à l'issue d'un "point" avec les agences régionales de santé (ARS), les agences sanitaires comme l'Établissement français du sang et l'Agence de biomédecine, qui supervisent les prélèvements et les transplantations d'organes, ainsi que les administrations centrales. "Il faut vérifier évidemment que tous les malades qui sont en attente de soins urgents sont bien soignés", a justifié la ministre.

Agnès Buzyn a également affirmé que des grévistes dans les hôpitaux pourront être assignés, ajoutant ne pas connaître "à ce stade le niveau de mobilisation". Des dispositions pour faciliter l'accès aux établissements pour les malades et pour les soignants seront "éventuellement" prises, "si jamais la grève était amenée à durer plus longtemps", a-t-elle promis.

Un partenariat avec une plateforme de covoiturage

De son côté, l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), qui représente 39 établissements hospitaliers à Paris et en Ile-de-France, a assuré, dans un communiqué publié sur son site internet, se mobiliser pour "garantir la continuité de prise en charge de ses patients".

"Des cellules de crise ont été activées dans les hôpitaux ainsi qu’au siège de l’AP-HP pour coordonner les actions permettant d’aider les personnels à se rendre au travail et à regagner leur domicile. La DRH a informé les personnels dès le 28 novembre des principales mesures envisagées", poursuit le communiqué.

Parmi les mesures prises pour faciliter l'accès aux hôpitaux, l'AP-HP s'est associée à la plateforme de covoiturage KAROS, spécialisée dans les trajets domicile-travail. "L’application, paramétrée pour l’AP-HP, apporte des avantages spécifiques pour les personnels qui la choisiront", peut-on lire dans le communiqué.

L'établissement public met également en place une dizaine de lignes de bus desservant ses hôpitaux depuis les villes de résidence des agents qui n'habitent pas dans Paris. Elles fonctionneront du 5 au 8 décembre, avant une éventuelle prolongation qui sera décidée vendredi.

Le dispositif réservé aux épisodes "neige" activé

Autre mesure, le dispositif en général réservé aux épisodes "neige", qui prévoit des solutions d'hébergement pour les personnels, va être activé dès mercredi soir: "des chambres d’hôpitaux de jour, des chambres de garde ou inoccupées, pourront être utilisées pour des hébergements temporaires de professionnels selon des modalités propres à chaque hôpital". Des solutions d'hébergement hôtelières seront également "'activables' en cas de besoin".

Enfin, pour l'ensemble des catégories de personnel, mais en particulier pour les personnes travaillant dans l'administration, la "possibilité d'exercer ponctuellement en télétravail sera ouverte". Les salariés pourront également travailler depuis un site plus proche de leur domicile.

Après la grève de jeudi, le monde hospitalier a déjà prévu une journée d'action spécifique le 17 décembre pour interpeller sur la crise qui se poursuit aux urgences. Les internes sont quant à eux appelés à la grève à partir du 10.

Clément Boutin