BFMTV

16e arrondissement de Paris: la droite vent debout contre un camp d'accueil pour SDF

Le camp doit être construit à proximité du bois de Boulogne (Photo d'illustration)

Le camp doit être construit à proximité du bois de Boulogne (Photo d'illustration) - Stéphane de Sakutin - AFP

La droite proteste après l'adoption par le Conseil de Paris du projet de camp d'accueil de SDF et de migrants dans le 16e arrondissement de la capitale.

Sur le blog de Claude Goasguen, difficile de rater la pétition: sur un fond rouge, on peut y lire en lettres capitales "Non à un Sangatte dans le bois de Boulogne". Datant du 15 octobre, la lettre adressée à Anne Hidalgo dénonce la construction dans le bois d'un "campement d'urgence pour les 'migrants' en situation irrégulière". Une décision "inacceptable", pour le député-maire Les Républicains du 16e arrondissement.

Inscrite à l'ordre du jour du conseil de Paris mercredi, l'installation a finalement été adoptée, comme l'a indiqué sur Twitter Ian Brossat, adjoint communiste d'Anne Hidalgo en charge du logement et de l'hébergement d'urgence.

Ce campement, dont le projet a été présenté le 13 octobre dernier par la municipalité, doit être composé de quatre à cinq bâtiments modulaires, destinés à accueillir cet hiver près de 200 personnes à la rue – "sans-abris et sans-papiers", précise la mairie d'arrondissement. Il sera construit sur un terrain dont Paris est propriétaire, allée des Fortifications, et sera géré par l'association Aurore.

Le 16e déficitaire sur l'hébergement d'urgence

Dans la capitale, les lieux d'accueil sont saturés. D'où le rappel d'Anne Hidalgo: "chaque arrondissement doit prendre sa part à l'effort de solidarité". Or le 16e est déficitaire en termes d'hébergement d'urgence, comme le rappelle France Bleu. "Nous ne pouvons pas laisser des familles avec des enfants dans la rue sous prétexte que cela pose un problème", affirme encore Dominique Versini, adjointe au maire chargée notamment de la lutte contre l'exclusion.

En séance du conseil de Paris, Claude Goasguen, visiblement agacé, a demandé à Anne Hidalgo de "cesser de stigmatiser systématiquement le 16e arrondissement".

Dans Le Figaro, il déplore ne pas avoir été informé ni associé aux discussions, alors qu'il a "pourtant proposé dans d'autre lieux dans le 16e pour calmer le prurit sectaire de la gauche".

Mais un argument pourrait jouer en défaveur d'Anne Hidalgo: la proximité du bois de Boulogne, site classé depuis 1957. Un argument qui pourrait servir de base à une plainte des associations de riverains, croit savoir le quotidien. En attendant, les regards vont se tourner vers Ségolène Royal: le ministère de l'Ecologie et de l'environnement devra en effet donner son avis sur la question.

A. K., vidéo Laëtitia Soudy, Clément Dalmar, François Pitrel