BFMTV

Orion fait un premier pas vers Mars

Lancement de la capsule Orion, à Cap Canaveral, en Floride.

Lancement de la capsule Orion, à Cap Canaveral, en Floride. - BFMTV

Le vaisseau américain Orion s'est posée vendredi dans le Pacifique après un vol d'essai réussi. Jeudi, des vents trop forts et des difficultés techniques avaient forcé la Nasa à reporter le lancement.

La capsule américaine Orion s'est posée en douceur dans l'océan Pacifique vendredi à l'issu d'un premier vol d'essai non-habité de 4 heures et demi parfaitement réussi, a indiqué la Nasa. Orion, qui avait été lancée plus tôt de la base de l'US Air Force de Cap Canaveral en Floride, a amerri à mille kilomètres des côtes mexicaines de la péninsule de Basse-Californie freinée par trois immenses parachutes. Il s'agit du premier vaisseau américain depuis Apollo capable de transporter des astronautes au-delà de l'orbite terrestre et un jour vers Mars.

Retour dans l'atmosphère à 32.000 km/h

Orion, qui avait été lancée à 12h05 GMT de la base de l'US Air Force de Cap Canaveral, a amerri à mille kilomètres à l'ouest des côtes mexicaines de la Basse-Californie freinée par trois immenses parachutes. Il s'agit du premier vaisseau américain depuis Apollo capable de transporter des astronautes au-delà de l'orbite terrestre et un jour vers Mars.

Le vaisseau de 8,6 tonnes qui à la même forme que la capsule Apollo de conquête de la Lune en 1969, a effectué deux tours de la Terre, dont le second à 5.800 km d'altitude, soit près de quatorze fois la distance de la Station spatiale internationale du sol (420 km). 

Vers 15h23 GMT, vingt minutes après avoir atteint la plus haute altitude de son périple, Orion s'était détachée du deuxième étage de Delta IV et du module de service pour préparer son retour dans l'atmosphère terrestre.

Etant donné l'orbite sur laquelle Orion évoluait, le vaisseau a pu effectuer son entrée dans l'atmosphère terrestre à plus de 32.000 km/h - soit environ 84% de la vitesse d'une capsule revenant de la Lune -, se posant sur l'océan seulement dix minutes plus tard. 

Un vol d'essai crucial pour la Nasa

Ce vol d'essai doit tester la capacité des Etats-Unis à emporter des astronautes au-delà de l'orbite terrestre. Une première depuis la conquête de la Lune il y a plus de 40 ans.

"Il s'agit du premier pas dans notre voyage vers Mars", avait expliqué en novembre William Hill, administrateur adjoint de l'agence spatiale américaine, estimant que ce test était "sans nul doute la chose la plus importante que la Nasa fait cette année".

Capable d'emporter quatre astronautes pour des missions vers la Lune et au-delà, Orion ne fera pas de premier vol habité avant 2021. La capsule, qui rappelle la forme du vaisseau Apollo, est construite par le groupe aérospatial américain Lockheed Martin.

C'est aussi le premier vaisseau spatial développé depuis 30 ans aux Etats-Unis. Le précédent, la navette conçue pour évoluer seulement en orbite basse, avait volé pour la première fois avec des astronautes en 1981 et effectué son dernier vol en juillet 2011.

Ce vol est destiné à tester principalement le bouclier thermique du vaisseau, qui doit résister à des températures de 2.200 degrés, ainsi que ses parachutes et ses ordinateurs de bord. Il y a aussi 1.200 capteurs pour mesurer les vibrations, le niveau de bruit et la température.

C. P. et D. N. avec AFP