BFMTV

Grippe: pourquoi un temps froid et sec augmente le risque de contagion

Si le virus de la grippe se développe plus facilement en hiver en raison d'un confinement plus important, des chercheurs démontrent que le froid joue bien un rôle dans la progression de l'épidémie.

C'est une question qui revient à chaque hiver: pourquoi tombe-t-on plus fréquemment malade quand les températures chutent? On a tendance à penser que l'hiver est la saison de prédilection des virus comme ceux du rhume ou de la grippe car ces derniers aiment le froid. Mais en réalité, les conditions climatiques ne sont pas directement en cause puisque c'est davantage le mode de vie adopté pendant cette période qui favorise la contagion.

On a en effet tendance à privilégier les espaces confinés et peu ventilés pour se protéger du froid (centre commercial, transport en commun, domicile), ce qui favorise le risque d'infection. Reste que le calendrier atteste que l'épidémie de grippe débute quand arrive l'hiver et atteint son pic pendant cette saison. Des chercheurs de l'université de Göteborg (Suède) ont donc voulu en savoir pourquoi les températures extérieures et les flambées de grippe sont liées.

"Selon nos calculs, une semaine froide avec une température moyenne inférieure à 0° précède le début de l'épidémie de grippe", explique Nicklas Sundell, principal auteur de l'étude. Pendant trois saisons, dont l'hiver, les chercheurs ont prélevé 20 000 échantillons de virus prélevés dans des sécrétions nasales de personnes qui se présentaient pour des soins médicaux.

Le virus de la grippe se conserve mieux par ce temps

L'incidence des virus respiratoires a ensuite été comparée avec les données météorologiques de l'Institut météorologique et hydrologique suédois (SMHI) et les résultats sont clairs: les flambées de grippe semblent être activées environ une semaine après une période hivernale qui se caractérise par de faibles températures extérieures et un faible taux d'humidité.

"Nous croyons que cette baisse soudaine de la température contribue à déclencher l'épidémie. Une fois l'épidémie commencée, elle se poursuit même si les températures augmentent et une fois que les gens sont malades et contagieux, beaucoup plus de personnes peuvent être infectées", souligne Nicklas Sundell.

Pour les chercheurs, il s'agit là d'un facteur de risque aussi important que l'encombrement intérieur pendant la saison hivernale. Comment l'expliquer? Pendant un temps froid et sec, les particules qui contiennent le virus se propageraient davantage car l'air environnant absorbe l'humidité, ce qui les fait rétrécir et leur permet de rester en suspension dans l'air plus longtemps.

"Le temps froid et sec et les petites particules d'aérosol sont des atouts importants pour l'épidémie de grippe, mais le froid n'est pas le seul facteur qui contribue à l'infection. Le virus doit être présent dans la population et il doit y avoir suffisamment de personnes sensibles à l'infection", ajoute le chercheur.

Tous les virus ne sont pas concernés

L'étude montre que les conditions météorologiques seraient non seulement importantes pour la grippe saisonnière, mais aussi pour un certain nombre d'autres virus qui causent des infections des voies respiratoires, comme le virus respiratoire syncytial et le coronavirus. "Ils semblent avoir le même comportement avec une augmentation significative de l'incidence pendant le temps froid et sec", expliquent les chercheurs.

Ces derniers précisent toutefois que ce n'est pas le cas de tous les virus à l'origine de pathologies qui se déclarent plus souvent en hiver comme le rhinovirus, responsable du rhume, qui est indépendant des facteurs météorologiques et qui est présent toute l'année. Les chercheurs estiment que cette découverte a son utilité car elle permettrait de prédire très en avance, grâce à la météo, le début de l'épidémie de grippe et d'autres virus respiratoires.

"Vous pouvez utiliser ces connaissances pour promouvoir des campagnes pour le vaccin et préparer les hôpitaux et le personnel hospitalier à l'avance face à un nombre accru de patients cherchant des soins. Les recommandations sont toujours les mêmes: la vaccination des groupes à risque, la toux et l'éternuement dans le coude et ne pas oublier de se laver les mains", conclut Nicklas Sundell.

Selon le réseau Sentinelles, le pic épidémique national de grippe devrait être atteint dans les prochains jours. Si le froid ne peut pas être à lui seul à l'origine de la propagation des virus, il est sûr en revanche qu'il contribue à affaiblir les défenses immunitaires. Or, Météo France a annoncé qu'une grande partie de la France connaît actuellement une vague de froid d'intensité modérée qui pourrait durer plusieurs jours.

Alexandra Bresson