BFMTV

Furosémide: où en est l'enquête?

Des boîtes de Furosémide.

Des boîtes de Furosémide. - -

SUIVI D'ACTU - Un seul signalement, une usine inspectée de fond en comble et des boîtes de médicaments contrôlées une par une: l'affaire du Furosémide suscite beaucoup d'interrogations. BFMTV fait le point sur ce que l'on sait de l'enquête.

Douze jours après le rappel des boîtes du Furosémide de Téva, où en est l'enquête? Le laboratoire a demandé aux malades de rapporter toutes les boites de ce diurétique suite à la découverte d'un comprimé de somnifère conditionné dans une boîte de Furosémide.

Plusieurs enquêtes ont été ouvertes suite aux décès de malades consommant ce médicament. Mais pour l'instant aucun autre cachet de somnifères n'a été retrouvé.

> Signalement à Saint-Malo

Retour sur les faits. Tout commence par le signalement d'un pharmacien de Saint-Malo. Alors qu'une de ses clientes se plaint de somnolence, le commerçant décapsule sa plaquette de furosémide et affirme y trouver un comprimé de zopiclone, petit cachet blanc quasi identique au diurétique. Téva, le fabriquant, est prévenu et déclenche immédiatement la procédure de rappel.

> Inspection de l'usine

Première étape de l'enquête: l'usine de Sens, où le Furosémide est emballé, est passée au crible. L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), puis les gendarmes, inspectent chaque étape de fabrication.

Pour arriver à la même conclusion: rien sur ce site ne peut expliquer un mélange de comprimés et toutes les étapes de contrôle de l'usine sont rigoureuses.

> Boîtes passées au crible

Reste à fouiller du côté des patients traités par Furosémide. Certains décès sont déclarés suspects mais, là encore, rien à signaler: les boîtes de diurétique retrouvées chez ces malades ne comportent aucun somnifère.

Des analyses toxicologiques sont encore en cours pour en savoir plus. Mais une question persiste. Y a-t-il eu plusieurs cas d'inversion de médicaments ou la boîte qui a déclenchée l'affaire est un étrange cas unique? La réponse pourrait être connue d'ici plusieurs semaines car Teva doit vérifier une par une les 190.000 boîtes issues des lots suspects.

Chaque plaquette est d'ailleurs décapsulée à la main, devant huissier. Sur les trois mille boîtes ouvertes jusqu'à aujourd'hui, toutes sont conformes.

A LIRE AUSSI:

>> Furosémide: l'enquête sanitaire n'établit pas de lien avec les décès

>> Furosémide: le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire

>> Notre dossier sur l'affaire du Furosémide

A.S. avec Cécile Danré