BFMTV
en direct

Coronavirus: les bars et restaurants fermés pour 15 jours à Aix-Marseille

Coronavirus: les bars et restaurants fermés pour 15 jours à Aix-Marseille

Un manifestant s'oppose à la fermeture des restaurants à Marseille, vendredi 25 septembre 2020

Neuf mois après la détection du nouveau coronavirus en Chine, le monde a passé la barre hautement symbolique du millionième décès officiellement lié à la maladie.

A l'Assemblée, la buvette ferme aussi à 22 heures

La célèbre buvette des députés de l'Assemblée nationale va fermer à 22 heures, comme les autres bars de la capitale en raison de la recrudescence de l'épidémie de Covid-19, a-t-on appris de source parlementaire lundi.

"A ce jour, aucune chaîne de contamination interne n'est identifiée à l'Assemblée nationale et le suivi de la situation se fait en lien avec l'Agence Régionale de Santé (ARS) d'Île?de?France", écrivent les questeurs du Palais Bourbon dans un message adressé aux députés dévoilé par Libération et dont l'AFP a eu connaissance.

Après le passage de Paris et de la petite couronne en zone d'alerte renforcée annoncé par le gouvernement, le 23 septembre, le Palais Bourbon rehausse ses mesures de protection sanitaire en fermant donc la buvette des députés mais aussi ses salles de sport.

Gabriel Attal annonce la publication quotidienne d'indicateurs "localisés" pour plus de "transparence"

L'exécutif promet plus de "transparence" dans la lutte contre le Covid-19. "Le président a souhaité que désormais l'intégralité des indicateurs localisés soient rendus publics chaque jour", a annoncé Gabriel Attal lors de son point presse à l'issue du Conseil des ministres.

Il s'agit des "indicateurs qui tiennent lieu de critères lorsque nous prenons des mesures plus restricitves dans certains territoires", comme le taux d'incidence du Covid chez les personnes âgées ou le taux d'occupation des réanimations. Ils seront "publiés chaque jour", a-t-il précisé.

Olivier Véran tiendra une nouvelle conférence de presse "ce jeudi"

C'est une séquence à laquelle il va falloir s'habituer: Olivier Véran tiendra "ce jeudi" une nouvelle conférence de presse sur la situation en France, a annoncé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. L'exercice est censé devenir hebdomadaire.

L'institut Pasteur de Lille travaille sur un traitement avec une molécule déjà existante

S'agit-il d'une avancée prometteuse dans la lutte contre le Covid-19? L'institut Pasteur de Lille travaille sur une molécule déjà existante, dont le nom est tenu secret. "On a un très bon recul sur ses effets secondaires", a commenté sur BFMTV Benoît Deprez, le directeur scientifique de l'institution, avant de détailler l'avancée de la recherche.

Pécresse appelle à "aller beaucoup plus loin" dans le soutien financier des bars

Valérie Pécresse appelle le gouvernement à "aller beaucoup plus loin dans les mesures d'accompagnement financier" des bars qui doivent désormais fermer à 22 heures dans certaines grandes métropoles.

"Le gouvernement a dit que les bars auraient accès au fonds de solidarité s'ils ont 80% de pertes de recettes. S'ils ferment à 22H00 ils n'auront pas 80%, il auront à peu près 50%. Il faut évidemment baisser ce seuil", "au moins à 50%, peut-être même en dessous", pour éviter "des faillites" et "des drames humains", a-t-elle estimé sur LCI.

Elle a aussi réclamé "une clause de revoyure comme celle qu'ont obtenu les Marseillais, au bout de sept jours", pour connaître l'efficacité de la mesure et l'adapter en conséquence.

Vaccin contre le Covid-19: l'Inserm veut recruter des "dizaines de milliers de volontaires"

Les essais cliniques pour un vaccin contre le Covid-19 vont démarrer "très bientôt" en France, annonce sur France Info Gilles Bloch, le patron de l'Inserm. Pour cela, l'organisme souhaite recruter des "dizaines de milliers de volontaires".

"On s'est mis en configuration à la demande des deux ministères tutelles de l'Inserm - le ministère chargé de la Recherche et celui de la Santé. On a mis en place une plateforme de recrutement pour des volontaires sains, pour pouvoir accueillir des essais de grande taille en France", ajoute-t-il.

Élisabeth Borne: "On fait tout pour éviter un reconfinement général", mais "avec ce virus on n'exclut rien"

À l'image d'Olivier Véran, Élisabeth Borne le martèle: "On fait tout pour éviter un reconfinement général". Mais pour autant, "avec ce virus on n'exclut rien", a concédé la ministre du Travail sur BFMTV-RMC.

"On a mis en œuvre des protocoles qui permettent de continuer à vivre, de continuer à l'aller à l'école, au travail avec des règles suffisamment strictes pour que l'on s'assure que le virus ne se propage pas", a commenté Élisabeth Borne, évoquant également les "mesures complémentaires annoncées la semaine dernière par Olivier Véran".

Pour Didier Raoult, "la peur est pire que le mal"

Invité ce matin de RTL, Didier Raoult a refusé de répondre à la tribune de ses collègues médecins de l'AP-HM, les hôpitaux publics de Marseille, qui alertent sur l'impact de la crise sanitaire dans leurs établissements.

"La peur est pire que le mal", s'est contenté de répondre l'infectiologue. "Et c'est ce qu'il se passe. Il y a trop d'affolement, trop de nervosité, trop de panique. On regardera à la fin. Le poids de la mortalité à côté du poids social va être négligeable. Le poids social va être considérable car la peur n'a pas su être gérée."

Un médecin marseillais: "On n'arrive plus à gérer les deux flux, les patients Covid et non-Covid"

Jean-Luc Jouve, chef de service d'orthopédie pédiatrique à La Timone, alerte sur la situation sanitaire à Marseille. Aujourd'hui, "on n'arrive plus aujourd'hui à gérer les deux flux, les patients Covid et les patients non-Covid", affirme le médecin, signataire d'une tribune de cadres de l'AP-HM, les hôpitaux publics de Marseille.

"Ce matin je vais me rendre dans mon hôpital: pn a 5 patients qui vont relever d'une réanimation post-opératoire, qui attendent d'être opérés", explique-t-il en guise d'exemple sur BFMTV. "On va être en négociation avec les réanimateurs parce qu'on va leur demander s'ils ont cinq lits pour réceptionner nos opérés."

"On va choisir qui est en danger vital, qui ne peut pas attendre pour des questions de chimiothérapie... pour savoir qui va être priorisé dans le choix des interventions chirurgicales", conclut-il. Un choix que les médecins de l'AP-HM souhaiterait ne pas avoir à faire.

Fermeture des bars et restaurants à Marseille: un recours déposé devant le tribunal administratif

Dès la publication officielle ce dimanche après-midi de l'arrêté préfectoral officialisant la fermeture des bars et restaurants à Marseille, le président LR de la région Paca, Renaud Muselier, a ainsi annoncé avoir déposé un recours collectif en référé-liberté, devant le tribunal administratif.

Outre la région, il est signé par le département, la métropole, la Chambre de commerce et d'industrie, l'Union des métiers de l'industrie hôtelière (Umih), la commune d'Aix-en-Provence, ainsi qu'une vingtaine d'établissements ou sociétés de restaurations, précise La Provence.

"La mesure litigieuse n'est ni nécessaire pour prévenir un risque sanitaire ni appropriée aux circonstances de temps et de lieu", estiment les avocats des signataires, cités par le journal.

Les médecins marseillais "ne veulent pas avoir à choisir quel malade ira ou non en réanimation"

Ils affirent ne pas pouvoir "relâcher (leur) vigilance", face à une "courbe d’occupation des lits (...) ascendante depuis plus de 5 semaines". Dix-neuf chefs de service de l'AP-HM, les hôpitaux publics de Marseille, publient une tribune dans La Provence pour mettre en garde sur la situation sanitaire dans la cité phocéenne.

"Aujourd’hui, (...) plus de 40% des lits de réanimation de l’APHM sont occupés par des patients Covid", insistent-ils. "Ils ne sont donc plus disponibles pour accueillir des patients atteints d’autres affections graves telles que des polytraumatismes, des cancers ou des greffes.  Ces malades méritent pourtant, eux aussi, toute notre attention."

Au-delà du nombre de malades se posent la question des effectifs de soignants, toujours en tension, notent les médecins marseillais. "Personne n’a su prédire l'évolution de cette épidémi"e, concluent-ils. "Nous devons donc anticiper car demain les équipes soignantes ne veulent pas avoir à choisir quel malade ira ou non en réanimation."

La barre du million de morts dans le monde dépassée

Neuf mois après la détection du nouveau coronavirus en Chine, le monde a passé la barre hautement symbolique du millionième décès officiellement lié à la maladie, selon un comptage de l'AFP réalisé à partir de bilans officiels.

Au total, au moins 33.018.877 cas ont été officiellement enregistrés sur les cinq continents, entraînant 1.000.009 morts. 22.640.048 personnes sont elles considérées comme guéries par les autorités sanitaires.

Les régions les plus touchées en nombre de morts sont l'Amérique latine et les Caraïbes (341.032 décès pour 9.190.683 cas), l'Europe (229.945 ; 5.273.943) et les Etats-Unis et le Canada (214.031 ; 7.258.663).

Les bars et les restaurants fermés à Aix-Marseille

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'évolution de l'épidémie de coronavirus. C'est le jour J à Marseille, où les bars et restaurants ont fermé à minuit pour au moins 15 jours, avec un bilan d'étape d'ici une semaine.

L'annonce mercredi de ces nouvelles mesures par le ministre de la Santé Olivier Véran a suscité un tollé parmi les professionnels et les élus locaux, qui ont dénoncé des restrictions prises sans aucune concertation et mis en avant le ralentissement selon eux de l'épidémie dans la région.

Outre la cité phocéenne et Aix-en-Provence, la fermeture des bars et restaurants concerne également 15 autres communes des Bouches-du-Rhône, dont La Ciotat, Gardanne, Arles ou Martigues, mais uniquement entre 22h00 et 6h00.

BFMTV