BFMTV

PS: le nombre d'adhérents est en forte baisse

Le PS compte désormais moins de 100.000 adhérents à jour de cotisation

Le PS compte désormais moins de 100.000 adhérents à jour de cotisation - François Guillot - AFP

Les citoyens rejettent les partis politiques. Et le PS, parti au pouvoir via François Hollande, est le premier à en pâtir avec une baisse de 40.000 adhérents depuis 2012.

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, attendait 500.000 adhérents en 2017. Force est de constater que, sauf miracle, cet objectif ne sera pas atteint. A un an de l'élection présidentielle, les troupes sont même au plus bas.

Le Parisien qui n'hésite pas à parler d'"hémorragie militante", révèle ce samedi que le PS ne comptait que 135.833 militants au 1er janvier, dont seulement 86.171 étaient à jour de cotisation. Même en prenant la fourchette haute, près de 40.000 adhérents auraient quitté les rangs du parti depuis son accession au pouvoir en 2012. Dans la fédération du Nord, le titre de presse expliquait même récemment que le nombre d'adhérents était passé de 10.000 en moyenne lors de la dernière décennie... à 5.500.

Du côté des Républicains, si la situation est meilleure, elle n'est pas brillante non plus: 238.208 personnes sont encartées.

1% des Français a la carte d'un parti

De façon générale, les Français ne s'impliquent pas beaucoup dans les partis politique: seulement 1% des Français de plus de 18 ans sont encartés. Le FN parle de 84.000 adhérents mais seulement 57.000 étaient à jour de cotisation au 1er avril. Le Parti communiste compte environ 70.000 adhérents à jour, contre 14.000 pour le MoDem et 8.000 pour le Parti de Gauche. Les Verts culminent entre 4.000 et 5.000 adhérents.

Un désamour, selon l'expression consacrée, qui n'est pas une surprise. Un sondage récent démontrait ainsi que les partis politiques inspirent de "l'inquiétude" pour 40% des personnes interrogées, de la "colère" (34%) et de l'"indifférence" (22%). 74% des sondés émettaient un avis négatif. Et cette désaffection a des conséquence directe dans la trésorerie des partis. Chaque adhérent socialiste doit en effet verser 24 euros par an, et chez les Républicains, le ticket d'entrée est même à 30 euros. Reste à savoir si ce constat sévère aura un effet sur les partis à quelques encablures du début des primaires à droite et à gauche.

A. D.