BFMTV

Bertrand Delanoë ne souhaite pas entrer au gouvernement en 2014

"Je pense qu'au bout de 13 ans d'un travail intense" comme maire de la capitale, "il faut savoir prendre du recul, explique Bertrand Delanoë.

"Je pense qu'au bout de 13 ans d'un travail intense" comme maire de la capitale, "il faut savoir prendre du recul, explique Bertrand Delanoë. - -

Le maire de Paris déclare sur Canal Plus qu'il ne souhaite pas devenir ministre à la fin de son mandat. Selon lui, la gauche a trouvé en mai 2012 une situation du pays "pourrie".

Le maire de Paris Bertrand Delanoë (PS) déclare dimanche sur Canal Plus qu'il "ne souhait(ait) pas" entrer au gouvernement après la fin de son 2e mandat de maire de Paris en mars 2014, et que la gauche avait trouvé en mai 2012 une situation du pays "pourrie".

"Je ne le souhaite pas, je le dis franchement", affirme Betrand Delanoë, interrogé sur son entrée au gouvernement à l'avenir.

"Je pense qu'au bout de 13 ans d'un travail intense" comme maire de la capitale, "il faut savoir prendre du recul, prendre de la distance pour réfléchir. Mais je ne crois pas que mon utilité passera par une responsabilité politique", ajoute-t-il.

Donner d'une "autre manière"

"Si je dois donner quelque chose, j'aimerais que ce soit plutôt d'une autre manière qu'à travers une responsabilité classique. Il y a les associations, des fondations avec lesquelles je suis extrêmement lié, il y a des activités internationales".

Le président François Hollande "sait que, de toute façon, mon concours lui est acquis mais autrement, à ma manière", poursuit le responsable socialiste, précisant qu'il pouvait "contribuer à donner des idées" au chef de l'Etat.

Bertrand Delanoë a estimé que François Hollande était arrivé au pouvoir dans une "situation pourrie".

"Il y a des difficultés parce que, objectivement, la situation qu'a trouvée François Hollande lorsqu'il a été élu était pourrie", insiste-t-il.

Selon lui, "il y avait 600 milliards d'euros de dette supplémentaire, un chômage qui explosait, un tissu industriel totalement détruit". "Donc, il il faut beaucoup de temps" pour redresser le pays, a-t-il dit.