BFMTV

Pourquoi Jean-François Jalkh renonce à la présidence du FN par intérim

Jean-François Jalkh devait remplacer Marine Le Pen à la tête du Front national, jusqu’à la fin de la campagne présidentielle. Accusé d’avoir tenu des propos négationnistes en 2000, l’eurodéputé considère "qu’il n’y a pas la sérénité nécessaire à l’exercice de cet intérim (…) refusant alors cette mission", a rapporté Louis Aliot, ce vendredi sur BFMTV et RMC. Il sera remplacé par Steeve Briois, maire FN d’Hénin-Beaumont.