BFMTV

Jean-Marie Le Pen réfléchit à une candidature en Paca

Jean-Marie Le Pen n'exclut pas de se présenter aux régionales en Paca.

Jean-Marie Le Pen n'exclut pas de se présenter aux régionales en Paca. - Alain Jocard - AFP

Jean-Marie Le Pen entretient le suspense autour d'une éventuelle candidature en Paca. L'ancien président du Front national a affirmé lundi à l'AFP "consulter" ses proches à ce sujet, ce qui l'opposerait à sa petite fille Marion Maréchal-Le Pen. "Je ne suis pas seul, contrairement à ce que disent M. Philippot et Mme Le Pen. Je ne prends pas de décision seul, je vois des amis, je les consulte, nous échangeons des idées, nous imaginons des perspectives pour arracher notre pays au sort qui lui est promis", a déclaré Jean-Marie Le Pen. Ses proches évoquaient déjà sa candidature ce week-end. Il assure que "beaucoup de gens" demandent sa candidature. Pour l'instant il explique ne pas avoir "pris de décision du tout dans cet axe-là".

Le cofondateur du parti avait pourtant affirmé en juin dernier qu'il ne serait pas candidat. "Ce sont des situations qui évoluent en permanence, se justifie Jean-Marie Le Pen. Il y a des décisions de justice, des réponses des uns et des autres. Nous sommes à quatre mois d'une élection…" Un laps de temps suffisant pour changer d'avis et entretenir la brouille avec sa fille à la tête du parti. "Il faut voir comment vont réagir les gens de la direction", indique Jean-Marie Le Pen.

Marion Maréchal Le Pen devrait "prendre conseil"

Une candidature de Jean-Marie Le Pen viendrait contrecarrer celle de sa petite-fille Marion Maréchal-Le Pen, investie par le Front national. "Je n'ai fait aucune promesse. Elle est venue me voir il y a deux mois pour me demander si j'étais d'accord pour qu'elle soit candidate, si elle aurait les mains libres. J'ai dit: 'un candidat tête de liste a les mains libres'. Mais la sagesse devrait la pousser à prendre conseil", glisse-t-il.

Plusieurs élus FN se sont plaints de la composition des listes pour les régionales en Paca, qui selon eux ne prend pas assez en compte les conseillers régionaux sortants et les frontistes historiques. Quelques élus régionaux ont été suspendus à la suite de critiques envers M. Philippot.

C. B avec AFP