BFMTV

Encadrement des loyers: Aubry demande que Lille en bénéficie

La maire de Lille Martine Aubry, ici dans sa ville le 25 janvier 2013 lors d'une conférence de presse.

La maire de Lille Martine Aubry, ici dans sa ville le 25 janvier 2013 lors d'une conférence de presse. - Denis Charlet - AFP

Vendredi, le Premier ministre Manuel Valls a demandé que l'encadrement des loyers, prévu par la loi Alur, soit finalement limité à Paris. Une décision qui n'est pas au goût de tous.

Elle aussi défie Manuel Valls. La maire PS de Lille Martine Aubry a demandé ce samedi que sa ville, "reconnue comme la troisième la plus chère de France", ainsi que d'autres "villes volontaires", bénéficient comme Paris de l'encadrement des loyers.

Vendredi, le Premier ministre Manuel Valls a indiqué que l'encadrement des loyers, une des mesures phares de la loi Alur de l'ancienne ministre du Logement Cécile Duflot, serait finalement "limité à Paris", et réalisé "à titre expérimental".

Une déclaration qui avait provoqué la colère de l'ancienne ministre du Logement. "L'encadrement des loyers a été voté par l'unanimité de la majorité et le Premier ministre tout seul annonce son abandon. C'est inouï!" a réagi vendredi Cécile Duflot.

"Paris n'est pas seule dans le besoin"

"Paris n'est pas la seule ville de France à avoir besoin d'une régulation de ses loyers", a estimé Martine Aubry dans un communiqué co-signé par la députée PS du Nord Audrey Linkenheld. 

"Notre ville a cruellement besoin d'un dispositif national qui lui permette de réguler localement ses loyers, et de les rapprocher des capacités financières réelles de ses habitants, tout en préservant la rentabilité des investisseurs", écrivent-elles notamment.

"Soutien" de Bartolone

Dans l'après-midi, Martine Aubry a trouvé un soutien de poids au sein du PS en la personne de Claude Bartolone. Le président de l'Assemblée nationale, qui s'exprimait depuis La Rochelle où le PS tient son université d'été, a estimé qu'elle avait "raison sur le fond". Il a simplement regretté qu'elle n'ait "pas attendu lundi".

M. T. avec AFP