BFMTV
Présidentielle

"Je n'ai pas d'obsession à l'égard de l'argent": Macron conteste être le "président des riches"

Le président français Emmanuel Macron à Paris, le 9 décembre 2021

Le président français Emmanuel Macron à Paris, le 9 décembre 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Interrogé sur ses réformes fiscales, le président de la République assume avoir augmenté le pouvoir d'achat des plus riches "pour qu'il réinvestissent.

Emmanuel Macron, "président des riches"? La formule lui colle à la peau et finit par l'agacer. "Cette formule, je pense qu'elle est fausse" a-t-il tranché lors de son interview-bilan, diffusée par TF1 ce mercredi soir.

"Nos compatriotes les plus aisés (…) on leur disait que c'était mal de réussir" a estimé le chef de l'État. "Alors qu'est-ce qu'il se passait? Et bien ils partaient. Et ils allaient investir ailleurs. Et c'est aussi pour cela que notre pays s'est désindustrialisé. Quand ils décident de réinvestir dans l'économie française, leur fiscalité a baissé."

"Je dis qu'on ne réussit pas à construire une force économique et une grande nation si nous n'avons pas des femmes et des hommes qui investissent dans des entreprises" a-t-il détaillé. "Nous avons mis en place un système pour qu'ils réinvestissent" poursuit-il, évoquant la flat tax de 30% sur les gains du capital et le remplacement de l'ISF (impôt sur la fortune) par l'IFI (impôt sur la fortune immobilière). "Je l'assume totalement. Je ne demande pas qu'ils me disent merci."

"Célébrer" le succès

Si les résultats de cette politique sont parfois difficiles à évaluer, Emmanuel Macron a jugé qu'elle a porté ses fruits. "Je l'assume et on en a les conséquences. Ils créent des entreprises, et ils contribuent à l'économie française."

Et de préciser sa pensée: "Je n'ai pas d'obsession à l'égard de l'argent (…) L'argent, il y a des gens pour qui c'est très important, des gens qui s'en fichent. Je veux simplement que l'on retrouve la culture de reconnaître le succès et de savoir le célébrer."

"Il n’y a jamais eu une telle baisse de la fiscalité dans la classe moyenne", a par ailleurs vanté le président de la République, revenant notamment sur la suppression de la taxe d’habitation pour une majorité des citoyens.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business