BFMTV

Municipales à Paris: LaREM "fait une campagne à droite", estime Villani

Cédric Villani et Benjamin Griveaux.

Cédric Villani et Benjamin Griveaux. - Joël Saget - AFP

Membre de LaREM mais candidat dissident à Paris, Cédric Villani reproche à Benjamin Griveaux de faire "campagne à droite".

"J'espère toujours être maire à la fin du mois de mars". Invité sur Franceinfo au lendemain d'un nouveau sondage le plaçant en cinquième position avec 13% des intentions de vote, Cédric Villani continue d'y croire. Loin devant lui, Anne Hidalgo est créditée de 25% des suffrages, suivie de Rachida Dati (19%) puis Benjamin Griveaux (15%) et David Belliard (14%). 

A deux mois des élections, Cédric Villani et Benjamin Griveaux semblent payer le prix des divisions au sein du parti présidentiel. Assurant être "partisan de la réconciliation", Cédric Villani met malgré tout en cause la ligne de campagne suivie par son concurrent.

"Je vois une campagne LaREM officielle qui est passée de 21% d'intentions de vote en juillet à 15% d'intentions de vote maintenant, qui fait une campagne à droite et évidemment comme l'original est toujours préféré à la copie, perd des points au profit de Rachida Dati", lâche Cédric Villani. 

L'armement de 5.000 policiers municipaux jugé "effrayant"

Le candidat, tête de liste dans le 14e arrondissement, juge par ailleurs "effrayant" le projet de Benjamin Griveaux d'armer 5.000 policiers municipaux. "Quand certains parlent d'armer subitement 5.000 policiers à Paris, avec des armes létales, je trouve cela quelque peu effrayant", explique-t-il.

"Derrière la question de l'armement, il y a la question fondamentale de la formation", ajoute-t-il. S'il est élu, Cédric Villani souhaite de son côté armer "une partie" seulement de la police municipale.

Carole Blanchard