BFMTV
en direct

EN DIRECT - Convention climat: Macron se dit "prêt" à des référendums en 2021

Au lendemain de la vague verte aux municipales, Emmanuel Macron reçoit les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) à l'Élysée.

C'est la fin de ce live

C'est la fin de ce live, merci à tous de nous avoir suivis.

Vous pouvez retrouver BFMTV en direct par ici.

Bonne fin de journée !

Ce qu'il faut retenir des annonces de Macron

• Il a retenu toutes les propositions, qu'il compte transmettre au gouvernement ou au Parlement, ou encore soumettre à référendum, sauf "trois d'entre elles".

• Il a annoncé sa volonté de "reporter" le débat sur la limitation à 110km/h sur les autoroutes, l'une des propositions les plus clivantes de la Convention.

• Il a annoncé que 15 milliards d'euros supplémentaires sur deux ans seront injectés pour la conversion écologique.

• Il s'est dit "prêt" à soumettre certaines propositions à des référendums dès 2021, comme la "réécriture de l'article 1er de notre Constitution (...) pour introduire les notions de biodiversité, d'environnement, de lutte contre le réchauffement climatique

• Il a évoqué la création de nouvelles conventions citoyennes, "sur d'autres sujets" que le climat, et annonce la prochaine transformation du Conseil économique social et environnemental (Cese) en "chambre des conventions citoyennes".

Une réforme du CESE à venir

En fin de discours, le président de la République annonce que le Conseil économique, social et environnemental allait devenir "la chambre des conventions citoyennes".

"Une réforme du CESE sera présentée au prochain Conseil des ministres."

Le président approuve un moratoire sur les zones commerciales

Le président de la République approuve le principe d'un moratoire sur les nouvelles zones commerciales dans la périphérie des villes ainsi que celui de mesures d'aides pour la rénovation des batiments.

"Arrêter la bétonisation, c'est un projet pour rendre notre pays plus humain, au fond plus beau" et pour retrouver des commerces de centre-ville et mettre fin à un étalement des logements, a-t-il insisté, "c'est un modèle dont nos concitoyens veulent sortir".

Vers des référendums en 2021

Emmanuel Macron se dit "prêt" à soumettre à des référendums dès 2021 certaines propositions de la Convention citoyenne pour le climat, d'une part pour modifier la constitution, d'autre part pour des mesures spécifiques.

"La réécriture de l'article 1er de notre Constitution (...) pour introduire les notions de biodiversité, d'environnement, de lutte contre le réchauffement climatique (...), je suis favorable à cette proposition", a-t-il dit, en se disant aussi ouvert à un référendum "sur un ou plusieurs textes de loi" reprenant d'autres propositions de la Convention.

Macron favorable à l'inscription des notions de "biodiversité" et "environnement" dans l'article 1 de la constitution

"Il est essentiel de le mettre au bon niveau, de ne pas mettre un droit de la nature au dessus des droits humains", déclare le président de la République.

"Vous proposez la réécriture de l'article 1 de notre constitution, et vous proposez d'introduire les notions de biodiversité, environnement, de lutte contre le réchauffement climatique dans notre texte fondamental, je suis favorable", a-t-il fait savoir.

Le président écarte la proposition de "taxe de 4% sur les dividendes"

Emmanuel Macron se déclare en "désaccord" avec une "taxe de 4% sur les dividendes".

"Je ne dis pas qu'il ne faut pas réorienter une partie des investissements vers des investissements plus verts. Mais mettre sur tous les investissements une taxe, c'est réduire notre chance d'attirer des investissements supplémentaires", juge-t-il.

Et d'ajouter: "nous sommes déjà un pays très fiscalisé."

Emmanuel Macron renonce au débat sur les 110km/h

Le président de la République écarte pour l'heure de lancer un débat sur les 110 km/h:

"Ce serait injuste que tout votre débat soit résumé par cette mesure. Ne donnons jamais le sentiment à nos concitoyens que nous les mettons à l’écart", a-t-il déclaré.

15 milliards d'euros sur deux ans pour la transition écologique

Emmanuel Macron annonce que 15 milliards d'euros supplémentaires sur deux ans seront injectés pour la conversion écologique.

"L'Etat prendra toute sa part: 15 milliards d'euros supplémentaires sur deux ans seront injectés pour la conversion écologique de notre économie", a déclaré le chef de l'Etat, promettant la mise en place d'un "fonds de transformation écologique de notre économie dans le plan de relance" pour notamment "investir dans les transports propres, rénover nos bâtiments" et "inventer les industries de demain".

Un rendez-vous mensuel entre le gouvernement et les 150 cityoens

"La démocratie délibérative ne doit pas s'arrêter à la porte des ministères ou des Assemblées", affirme Emmanuel Macron.

Un point sera donc fait entre le gouvernement et les 150 citoyens de la Convention.

Les 150 citoyens bientôt reçus par Richard Ferrand

Les 150 citoyens seront reçus par Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale, dès la semaine prochaine, fait savoir Emmanuel Macron.

Un conseil de défense écologique d'ici fin juillet

Emmanuel Macron annonce que certaines mesures de la Convention seront décidées lors d'un conseil de défense écologique pour toutes les mesures qui relève du champ réglementaire. Il se tiendra d'ici la fin juillet. "D'autres seront intégrées au plan de relance", poursuit le président.

Toutes les propositions de la Convention, "à l'exception de trois", seront mises en oeuvre

"Je veux que toutes vos propositions soient mises en oeuvre très vite", déclare Emmanuel Macron aux 150 citoyens de la Convention dans les jardins de l'Elysée. Toutes, sauf trois, a-t-il précisé ensuite.

Certaines seront décidées dès la fin juillet, d'autres intégrées au plan de relance mais la plupart feront l'objet d'un "projet de loi spécifique" multi-mesures en septembre, a-t-il précisé.

Emmanuel Macron prend la parole

En démarrant son discours sur l'impératif environnemental, le chef de l'État a tenu à saluer l'action des 150 citoyens de la Convention climat:

"Vous avez pris sur votre temps familial, amical, y compris dans des conditions sanitaires exceptionnelles. Le sérieux avec lequel vous avez œuvré doit pleinement vous permettre de valoriser cette expérience dans votre vie professionnelle", a-t-il affirmé.
"L'urgence est là, plus prégnante encore qu’au moment où vous avez lancé vos travaux. Le temps est venu d'agir", a ajouté Emmanuel Macron.

Philippe à l'Élysée pour s'entretenir avec Macron

Le rendez-vous a été annoncé dimanche soir. Édouard Philippe est arrivée à l'Élysée, où il doit s'entretenir avec Emmanuel Macron, au lendemain du second tour des municipales.

Le président de la République a appelé dimanche soir son Premier ministre "pour le féliciter de sa belle victoire" au Havre, où il a récolté plus de 58% face à son rival communiste Jean-Paul Lecoq. Une victoire qui peut peser, à l'approche d'un remaniement dans les jours à venir.

"Il n'y aura jamais aucun rapport de force avec le président", a assuré cependant l'entourage d'Édouard Philippe à BFMTV dimanche soir. "Jamais. Ça ne change rien. Tout ce qu'on lit ici ou là, ce sont des petits off anonymes sans intérêt. C'est la décision d'Emmanuel Macron qui compte et elle seule."

Les Verts assurent qu'ils n'entreront pas au gouvernement

"Il n'y aura pas d'EELV dans le gouvernement." C'est la promesse du secrétaire national d'EELV, David Cormand, au lendemain de la vague verte aux municipales. "Le centre de gravité de la majorité actuelle ce n'est pas l'écologie, ce n'est pas le social", a-t-il fait valoir sur Public Sénat.

"Nicolas Hulot a montré à quel point il avait été empêché d'agir", a abondé Yannick Jadot sur Europe 1. "Il ne s'agit pas d'entrer dans un gouvernement qui gouverne seul ce pays", a ajouté l'ancien candidat à la présidentielle en appelant Emmanuel Mcron à "agir" sans faire d'"opportunisme écologique".

"Un acte 3 écologique et bien chiche, qu'il y aille", lance Faure à Macron

Olivier Faure a également été interrogé sur la politique d'Emmanuel Macron:

"Il nous avait dit il y a un an après les gilets jaunes, 'il y aura un acte 2, je serai plus social'. Finalement on a eu la réforme des retraites et de l'assurance-chômage. C'était exactement l'inverse de ce qu'il fallait faire", déplore le patron du PS.

"Maintenant un acte 3 écologique et bien chiche, qu'il y aille, qu'on fasse un référendum sur les principales mesures proposées par la Convention citoyenne pour le climat", lance Olivier Faure sur le plateau de BFMTV.

Grégory Doucet: "il y a plusieurs figures qui portent l'écologie"

Sur notre plateau, Grégory Doucet, vainqueur des municipales à Lyon, estime "qu'il y a plusieurs figures qui portent l'écologie", citant Yannick Jadot, Matthieu Orphelin ou Delphine Batho.

"Aujourd'hui on a un certain nombre de responsables politiques qui sont capables de porter l'écologie politique et je m'en réjouis."

Pour Grégory Doucet, le clivage politique est "entre les terrestres et les non-terrestres"

Interrogé sur le clivage gauche-droite, le vainqueur des municipales lyonnaises, l'écologiste Grégory Doucet juge sur le plateau de BFM Lyon que l'écologie va "au-delà":

"L'écologie va au-delà de la gauche, le clivage qui fait sens aujourd'hui c'est celui entre les terrestres et les non-terrestres. (...) Le paysage politique se redéfini autour de l'écologie, devenue centrale."

Il y "une crise démocratique qui ne se dément pas", constate Olivier Faure

Invité sur le plateau de BFMTV, Olivier Faure, premier secrétaire du Parti Socialiste a été interrogé sur la forte abstention du scrutin de la veille. Il estime qu'il y a "une crise démocratique qui ne se dément pas."

Selon lui, cette dernière est "liée au fait que beaucoup de politiques accomplies jusqu'à présent ont déçu. Désormais, la question est de savoir si le bloc social-écologique qui est né hier va être en mesure de réveiller l'esprit civique", s'interroge-t-il sur notre plateau, ajoutant qu'ils ont le "devoir de s'adresser à tous ce qui ne sont pas venus voter hier."

"Il est nécessaire de reconstituer la confiance avec nos lecteurs"

Avec la victoire d'Anne Vignot, la ville de Besançon aussi est passée aux mains des Verts ce dimanche.

"Les Bisontins ont choisi l'écologie mais l'absention est restée très forte", rappelle la nouvelle maire. "Nous allons rapidement réunir nos équipes et aller à la rencontre des partenaires pour avoir l'adhesion la plus importante possible. Il faut renouer la confiance avec nos électeurs."

Grégory Doucet veut "rassembler" les Lyonnais

C'est le principal visage de cette vague verte: l'écologiste Grégory Doucet a remporté la mairie de Lyon, après des années de règne de Gérard Collomb. "Je serai le maire de toutes les Lyonnaises et tous les Lyonnais", a promis le nouvel élu ce lundi matin sur BFM Lyon.

"La majorité des Lyonnais et des Lyonnaises souhaite que cette ville s'engage dans la transition écologique. Maintenant c'est ma responsabilité de rassembler autour de ce projet, y compris ceux qui dans un premier temps n'en étaient pas convaincus."

Grégory Doucet sera l'invité de Jean-Jacques Bourdin à 8h35 sur BFMTV-RMC.

"L'écologie est devenue une préoccupation majeure en France"

Elue maire de Strasbourg, l'écologiste Jeanne Barseghian a réagi à sa victoire au micro de BFMTV ce lundi matin.

"On va tâcher de concrétiser cet immense espoir et cette aspiration au changement qui s'est exprimé dans les urnes", a-t-elle affirmé félicitant que l'écologie soit devenue "une préoccupation majeure en France."

Sa première mesure sera de proposer au nouveau conseil municipal de Strasbourg de déclarer l'état d'urgence climatique. "Le climat sera posé comme priorité dès l'acte fondateur du début du mandat."

Un casse-tête marseillais

Qui sera la prochaine maire de Marseille? Le second tour des municipales se solde par un casse-tête dans la cité phocéenne: ni la candidate de gauche Michèle Rubirola, ni sa rivale de droite Martine Vassal ne disposent d'une majorité absolue à l'issue du scrutin. Tout va se jouer au troisième tour, en fonction des alliances avec les autres candidats.

On vous explique tout ça dans notre article.

Emmanuel Macron va répondre à la vague verte

C'est un rendez-vous qui tombe à pic, au lendemain de la vague verte du second tour: Emmanuel Macron reçoit dans la matinée les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC), qu'il avait chargés l'an dernier de réfléchir à un paquet de solutions contre le réchauffement climatique.

L'Élysée promet des "réponses fortes", "à la hauteur des enjeux et attentes". Estimant que la "vague verte" de dimanche constitue un "baromètre de l'état d'esprit des Français" et montre que "l'écologie est au coeur de leurs préoccupations", le chef de l'État fera, selon ses proches, "un discours très offensif" avec "une ambition écologique affirmée", qui sera décisive pour la suite.

Une vague verte à l'issue du second tour

De Lyon à Strasbourg en passant par Bordeaux, les grandes villes se sont parées de vert ce dimanche soir, à l'issue d'un second tour qui a confirmé, et même amplifié, les espoirs des écologistes nés lors du 1er tour le 15 mars.

Mais le scrutin a également été marqué par une abstention record. Malgré des précautions sanitaires exceptionnelles (port du masque obligatoire dans les bureaux de vote, gel hydroalcoolique...) et le reflux de l'épidémie de coronavirus, une large majorité des 16,5 millions d'électeurs appelés à voter dans 4820 communes concernées par le scrutin ont boudé les isoloirs.

Vous pouvez retrouver les principaux enseignements du second tour dans notre article.