BFMTV

Construction de Nissan en France : Renault contredit Montebourg

Arnaud Montebourg affirmait ce vendredi sur RMC que Nissan allait construire des voitures sur les chaînes de Renault, en France

Arnaud Montebourg affirmait ce vendredi sur RMC que Nissan allait construire des voitures sur les chaînes de Renault, en France - -

Contrairement à ce qu’Arnaud Montebourg affirmait ce vendredi sur RMC et BFMTV, Renault ne peut pas confirmer que Nissan viendra produire ses voitures sur les chaînes françaises de la marque au losange. Cette décision est liée à la signature d'un « accord de compétitivité » avec les syndicats.

Ça sonne comme un désaveu. Si Arnaud Montebourg affirmait sur RMC ce vendredi avoir demandé à Nissan de produire dans les usines françaises de Renault – ce à quoi Carlos Ghosn aurait répondu oui, selon le ministre du Redressement productif – Renault ne semble pas être de cet avis. « La décision aujourd'hui n'est pas prise », a déclaré Jérôme Stoll, directeur commercial du groupe, à des journalistes. « Je ne peux pas vous confirmer que Nissan va mettre des véhicules en France ou en Europe dans nos usines ».
« Ce que je peux vous dire, c'est que nous sommes engagés dans une négociation avec nos partenaires sociaux pour retrouver de la compétitivité sur notre marché européen, nous sommes au milieu de ces négociations », a ajouté Jérôme Stoll.
Dans une déclaration, le groupe est plus clair et précise que la production de ses partenaires Nissan ou Daimler pourrait se faire en France… à condition qu’un accord de compétitivité soit trouvé avec les syndicats.

« La signature d'un accord nous mettra en mesure de prendre des engagements sur l'affectation de volumes venant de nos partenaires », indique le groupe qui fait référence aux négociations en cours avec les syndicats sur l'amélioration de la compétitivité du groupe en France. Renault espère parvenir à un accord fin janvier ou début février.
Lors des séances de négociations qui ont déjà eu lieu, Renault a déjà laissé entendre qu'il pourrait accueillir des productions supplémentaires de ses partenaires, mais un porte-parole a précisé qu'il n'avait jusqu'à aujourd'hui pris aucun engagement en la matière.

Mathias Chaillot avec AFP