BFMTV

Accusé de fraude fiscale, Thierry Solère entend porter plainte contre le Canard enchaîné

INFO BFMTV - Accusé par le Canard enchaîné de fraude fiscale, le porte-parole de François Fillon assure qu'il va porter plainte en diffamation contre l'hebdomadaire satirique.

Selon Le Canard enchaîné à paraître ce mercredi 15 février, le parquet de Nanterre a lancé une enquête pour fraude fiscale contre Thierry Solère. D'après nos informations, le porte-parole de François Fillon a déjà déclaré qu'il porterait plainte pour diffamation contre l'hebdomadaire satirique. Il affirme également avoir "toujours déclaré ses revenus" et être aujourd'hui "à jour de ses impôts".

Enquête pour fraude fiscale entre 2010 et 2013

Selon le journal, le porte-parole est suspecté de fraude fiscale et se trouve actuellement sous le coup d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Nanterre. Déjà en septembre 2016, Mediapart avait révélé qu'une plainte pour fraude fiscale avait été déposée par Bercy à l'encontre du député, auquel Les Républicains avaient confié l'organisation de leur primaire. Lors d'un contrôle fiscal en juillet 2016, les fonctionnaires auraient découvert une importante fraude: selon les premiers éléments de l'enquête, Thierry Solère a omis de régler une partie de ses impôts sur le revenu de 2010 à 2013, ainsi que la taxe foncière de la dernière année.

La procureure de Nanterre, Catherine Denis, a confirmé à L'Express l'ouverture de cette enquête en septembre 2016. De son côté, Thierry Solère se dit victime d'une "chasse à l'homme".

"Je vois bien que le Canard enchaîné poursuit la chasse à l'homme. Il recycle avec six mois de retard un vieux papier de Mediapart sur lequel j'avais déjà eu l'occasion de m'exprimer. Je suis à jour de mes impôts. J'avais déjà eu un redressement fiscal sur lequel j'avais communiqué avant mes activités parlementaires, qui n'avait donné lieu à aucune pénalité pour fraude fiscale. Je n'ai aucune phobie administrative et tous les autres faits qui sont dans le Canard sont absolument faux" assure le porte-parole de François Fillon sur BFMTV.

Un possible conflit d'intérêts

Le champ de l'enquête aurait été ensuite élargi à un possible conflit d'intérêts. Thierry Solère a en effet été salarié du groupe Chimerec, spécialisé dans le traitement des déchets, dans les Hauts-de-Seine particulièrement. Il était alors chargé du “conseil en stratégie pour la France et l’international”, pour... 12.000 euros brut mensuels. Pourtant, un dirigeant de la boîte explique au Canard enchaîné ne l'avoir "jamais vu". Sur ce point Thierry Solère a assuré que son travail pour Chimirec était parfaitement "vérifiable" et "connu".

La femme du député dans le viseur

La femme de Thierry Solère est également dans le viseur de la police judiciaire selon l'hebdomadaire. En plus d’être l’attachée parlementaire, rémunérée à 4 400 euros nets par mois en 2012, de son mari, celle-ci travaille pour une société de conseil, Lerins Communication, qui a dégagé 200.000 euros de bénéfices non commerciaux. [La période n'est pas précisée]. Pourtant, dans ces deux dernières déclarations d'activité, le député ne fait mention que du poste d'attachée parlementaire de sa femme. Thierry Solère s'est défendu auprès de BFMTV, affirmant que son épouse ne travaillait plus dans le conseil depuis "plus de dix ans".

M.P