BFMTV

Une jeune fille arrêtée pour apologie du terrorisme après avoir "prêté" sa connexion internet

Détail d'un uniforme de police. (Illustration)

Détail d'un uniforme de police. (Illustration) - AFP

Prêter sa connexion internet à un voisin comporte des risques. Une jeune niçoise a payé cher sa générosité. Elle a été interpellée pour apologie du terrorisme, puis rapidement mise hors de cause. Son voisin était à l'origine des messages repérés par la préfecture de police de Paris.

Une jeune fille qui avait "gentiment" mis à disposition d'un voisin son abonnement Internet a été interpellée mardi matin, rapporte Nice matin. Son adresse IP avait notamment été utilisée pour diffuser des messages faisant l'apologie du terrorisme.

Des tweets avaient notamment été repérés par la préfecture de police de Paris qui avait demandé à la police locale d'intervenir. Après avoir mis hors de cause la jeune fille, les soupçons des policiers se sont tournés vers l'internaute, un Tunisien de 35 ans. Il a été appréhendé à son domicile, rue Pertinax, rapporte le journal.

Le prévenu jugé en comparution immédiate

Après une garde à vue de 48 heures, le voisin a été déféré devant le parquet de Nice pour être jugé en comparution immédiate. Le prévenu est défavorablement connu des services de police pour des affaires de vols, recels et de trafic de stupéfiants.

Depuis les attentats de Paris, la justice n'hésite plus à prononcer des peines de prison ferme à l'encontre des personnes qui feraient l'apologie du terrorisme. En plus des nouvelles dispositions pénales introduites par la loi antiterroriste de 13 novembre 2014, une circulaire du 12 janvier 2015 émanant de la garde des Sceaux avait demandé aux procureurs de la République, de faire preuve d’une extrême réactivité envers les auteurs de ce type d’infractions. Partout en France, les condamnations se sont depuis multipliées. A Nice, un enfant de 8 ans avait été entendu par la police, au lendemain de la tuerie à Charlie Hebdo.

D. N.