BFMTV

"Pour nous c’est terminé à Paris": le point sur la situation dans la capitale

Après des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants dans plusieurs quartiers de Paris, la situation s'est calmée vers 18h30. 1150 personnes ont été interpellées.

Cœur de la mobilisation de ce samedi, la situation était en train de se calmer à 18 heures dans les rues de Paris, après plusieurs heures d’affrontements entre gilets jaunes et forces de l’ordre. Avenue des Champs-Elysées, les manifestants quittaient les lieux dans le calme. Plus tôt dans la journée, des magasins ont été pillés et plusieurs dégradations ont été commises dans le quartier.

"Pour nous c’est terminé à Paris", a assuré une source policière à Dominique Rizet, consultant police-justice pour BFMTV. Les policiers mobilisés restaient cependant attentifs et continuaient à faire partir les manifestants des Champs-Elysées pour éviter une éventuelle jonction entre gilets jaunes et des groupes de casseurs.

Quelques tensions place de la République

La situation restait cependant tendue aux alentours de la Place de la République, où la marche pour le climat, qui s’est déroulée dans le calme, est arrivée à son terme. Peu avant 18h30 des casseurs ont commencé à jeter des pétards sur les forces de l’ordre qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes, dispersant la foule, alors que des gilets jaunes présents auparavant avaient déjà quitté les lieux. Dans la soirée, la place a été rouverte à la circulation, mais la tension était toujours présente sur les lieux: un magasin de sport a été vandalisé et les tirs de gaz lacrymogènes reprenaient vers 21h20. 

1150 interpellations

Après des affrontements dans la journée, le calme est revenu vers 18h autour de la gare Saint-Lazare où une seule porte était ouverte pour accéder aux quais afin de filtrer les entrées. Les blindés de la gendarmerie ont quitté les lieux vers 18h45.

À 21h, Christophe Castaner, ministre de l'Interieur s'est exprimé devant les forces de l'ordre et a évoqué le chiffre "record" de 1150 interpellations dans la capitale. 126 personnes ont été accueillies samedi dans les hôpitaux parisiens et en banlieue pour des blessures. Près de 40% de ces blessés avaient quitté samedi soir les services d'urgence, a précisé à l'AFP le service de presse de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Dans un tweet, la maire de Paris a dénoncé des "dégâts incommensurables" pour la capitale. "Des centaines de commerces et d'équipements publics empêchés d'ouvrir, des dégradations dans de nombreux arrondissements, une vie culturelle et économique à l'arrêt, une image internationale à restaurer", a-t-elle notamment écrit. 

G.D.