BFMTV

Nordahl Lelandais: son ex-compagne veut porter plainte contre les gendarmes

En couple avec Nordahl Lelandais entre mai 2015 et décembre 2016, la jeune femme assure avoir tenté d'alerter les gendarmes de Pont-de-Beauvoisin sur son compagnon. En vain.

"C'est le diable." Dans l'ombre depuis deux ans, l'ancienne compagne de Nordahl Lelandais, accusé d'avoir tué Maëlys de Araujo et Arthur Noyer, prend la parole dans Le Parisien et sur RTL ce lundi. Karine (son prénom a été changé) annonce qu'elle va porter plainte contre les gendarmes, qui ne l'ont pas écoutée lorsqu'elle les alertait sur la dangerosité de son compagnon de l'époque.

"Manipulateur", "psychopathe"

Pour respecter le deuil des familles des victimes présumées de l'ancien maître-chien, elle s'était fait discrète. Mais aujourd'hui, Karine ne mâche plus ses mots contre ce "manipulateur" et ce "psychopathe" avec lequel elle est sortie entre mai 2015 et décembre 2016:

"Je me suis bien fait avoir. Ses crimes, la pédophilie, son homosexualité, j'ai tout découvert dans la presse. Il n'y a que du mauvais en lui", déclare-t-elle dans les colonnes du Parisien

La jeune femme raconte avoir dû rompre avec celui qui était "devenu insupportable, trop impulsif. Il avait des angoisses, des changements d'humeur, un décalage avec la réalité. Il prenait aussi beaucoup de cocaïne", se souvient-elle. Après leur rupture, l'accusé l'aurait harcelée, la "menaçant" à plusieurs reprises, la frappant ou la poursuivant lors de ses déplacements.

Les gendarmes alertés avant la disparition de Maëlys

Lorsqu'il lui aurait "'foncé dessus avec sa voiture", Karine se serait présentée à la gendarmerie - et ce pour la quatrième fois - afin de déposer plainte:

"Les gendarmes ont d'abord refusé de prendre ma plainte. J'ai dû insister, pleurer, pour qu'ils le fassent. (...) Les gendarmes m'ont même demandé d'arrêter de le provoquer. Alors que c'est moi qui vivais un enfer", regrette-t-elle.

C'est à ce moment que Karine estime que les gendarmes ont commis une faute. Elle assure que si les autorités avaient pris ses craintes au sérieux, un drame aurait pu être évité. Nous sommes alors le 18 juillet 2017. Maëlys de Araujo a disparu le soir d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère), moins d'un mois et demi plus tard, le 27 août.

"Savoir qu'un enfant est parti alors que vous auriez pu l'éviter, c'est très difficile", ajoute l'ancienne compagne du mis en cause.

Elle va donc déposer plainte contre la gendarmerie de Pont-de-Beauvoisin qui n'a pas traité sa plainte et l'aurait ensuite accusée d'être "la méchante" alors qu'elle s'estime être, au contraire "une victime".

Esther Paolini