BFMTV

L'Etat demande aux tribunaux de revendre les métaux précieux saisis

Dans les sous-sols du tribunal de grande instance de Lille, des lingots d'or, saisis il ya près de deux ans (photo d'illustration).

Dans les sous-sols du tribunal de grande instance de Lille, des lingots d'or, saisis il ya près de deux ans (photo d'illustration). - Thomas Coex - AFP

L'agence de gestion des avoirs confisqués va demander aux tribunaux de répertorier tous les bijoux saisis lors de perquisitions, afin de les revendre après avoir fondu les métaux, révèle RTL.

Plus de 450 millions d'euros: c'est le montant des saisies de l'année dernière, confisquées à des malfaiteurs, et dont la gestion et le recouvrement sont confiés à l'Agrasc, une agence d'Etat fondée en 2011, rattachée à Bercy et à la Chancellerie, et qui a pour mission de tracer et valoriser ces avoirs criminels.

Parmi ces scellés, de l'argent liquide, des biens immobiliers, des objets de valeur, du matériel hi-fi... Mais aussi des métaux précieux. Ce sont ces derniers qui intéressent de près l'Agrasc. L'agence de gestion des biens confisqués a demandé aux tribunaux d'en faire l'inventaire. Elle va ensuite lancer un marché public afin de faire fondre ces métaux et de procéder à leur revente, révèle RTL.

Un trésor dans les sous-sols de Lille

L'opération a déjà commencé au tribunal de Lille. Selon les informations de la radio, quatorze kilos d'or et sept kilos d'argent, fondus par des braqueurs sous forme de lingots, avaient été saisis il y a deux ans, et occupaient les sous-sols du tribunal de grande instance. Ils devraient prochainement être fondus de nouveau, puis revendus au prix du marché par une entreprise privée, mandatée par l'Agrasc. 

Le fruit de cette vente, qui pourrait s'élever à près de 400.000 euros, viendra enrichir les caisses de l'Etat, indique RTL. L'opération devrait être renouvelée d'ici la fin de l'année dans l'ensemble des 165 tribunaux de France, et pourrait rapporter jusqu'à plusieurs millions d'euros. 

A. G.