BFMTV

Guadeloupe: près de 200 armes découvertes lors de la fouille d'une prison

Au total, 144 cellules du centre pénitentiaire de Baie-Mahault ont été fouillées.

Au total, 144 cellules du centre pénitentiaire de Baie-Mahault ont été fouillées. - Helena Valenzuela - AFP

Une vaste fouille au centre de détention de Baie-Mahault, en Guadeloupe, a permis la découverte de 199 armes ainsi que 86 portables et des stupéfiants, entre autre. Des enquêtes vont être menées.

Chaque découverte va donner lieu à une enquête judiciaire. Une vaste fouille du centre de détention de Baie-Mahault, en Guadeloupe, a permis des saisies importantes d'armes, de stupéfiants et d'objets interdits dans les 144 cellules visitées. Au total, dans une opération menée en deux temps, ce sont 199 armes, principalement des armes artisanales comme des pics fabriqués à partir d'objets présents dans la prison, qui ont été découvertes.

Cette vaste opération a été menée par 120 personnes de l'administration pénitentiaire et plus de 110 gendarmes.Une équipe des douanes a également apporté son concours pour ces deux jours de fouilles. "Cette opération a concerné 72 nouvelles cellules et 110 détenus", précise la préfecture de Guadeloupe dans un communiqué. Rien que pour la journée de jeudi, ce sont 70 armes artisanales et 28 portables qui ont été saisies dans le deuxième bâtiment. Le premier avait été fouillé en octobre dernier.

Lutter contre la violence

La préfecture a rappelé "que cette nouvelle fouille s'inscrit dans les actions de lutte contre la délinquance". Ces saisies vont donner lieu à des "enquêtes judiciaires diligentées avec la gendarmerie" pour engager des "poursuites pénales systématiquement" à l'encontre des personnes détenues qui auraient enfreint la loi, a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Pointe-à-Pitre.

"La violence et l'Etat de droit ne s'arrêtent pas aux portes de la prison", a ajouté Xavier Bonhomme.

Les saisies des téléphones portables vont elles donner lieu à l'exploitation des données contenues à l'intérieur. Avec pour objectif principal: aider les services de police et de gendarmerie à remonter les réseaux. Ces opérations servent "à lutter contre les phénomènes de gang" à l'extérieur de la prison, a précisé Nourrédine Brahimi, le directeur du centre pénitentiaire.

Le résultat de ces fouilles donnent un chiffre important d'armes saisies, mais pour la plupart fabriquées à l'intérieur du centre de détention. Les opérations de contrôle menées très régulièrement aux parloirs peuvent empêcher l'intrusion d'armes de l'extérieur. "Au vu de ce que cela demande comme moyens", ces vastes fouilles ne peuvent être répétées tous les mois. Mais le procureur de la République a indiqué qu'il souhaitait renouveler l'opération "bien perçue" par le personnel pénitentiaire mais aussi par les détenus.

Justine Chevalier avec AFP