BFMTV

Chantage à la sextape: des écoutes mettent Benzema dans l'embarras

Europe 1 publie mardi une retranscription partielle d'une conversation de Karim Benzema avec son ami d'enfance, qui aurait servi d'intermédiaire dans le cadre du chantage à la sextape contre Mathieu Valbuena. L'attaquant bleu y détaille notamment son échange avec son coéquipier en sélection au mois d'octobre dernier.

De nouvelles fuites des écoutes réalisées sur les téléphones de Karim Benzema et de l'un de ses proches mettent un peu plus l'attaquant tricolore dans une position inconfortable, quelques jours après sa mise en examen dans l'enquête sur un chantage à la sextape présumée contre son coéquipier en bleu, Mathieu Valbuena. Dans une conversation de 20 minutes datée du 6 octobre dernier, il raconte comment il a tenté de convaincre son coéquipier tricolore de négocier avec son meilleur ami, assure Europe 1 mardi.

"Si tu veux que la vidéo elle soit détruite, mon ami, il vient te voir à Lyon", aurait dit Karim Benzema à Mathieu Valbuena. Puis il raconte à son ami: "Je pense qu’il nous prend pas au sérieux. (...) Je lui ai dit : ‘moi je vais t’arranger la sauce. Faut que tu vas voir le mec (sic). Il va venir. Il va te parler. Mais je te donne ma parole que y a pas d’autre copie (de la sextape, Ndlr)’".

Selon RMC Sport, "franchement, c’est assez chaud cette histoire", aurait dit Benzema à Valbuena. "Rencontre le mec et réglez ça entre vous". Mercredi, le journal L'Equipe sort des éléments supplémentaires de cette conversation où l'attaquant du Real Madrid estime notamment "rendre service" à son partenaire en Bleu dont il se moque aussi à plusieurs reprises.

"Peut-être, ils vont lui demander deux places de foot"

Selon la radio, Mathieu Valbuena aurait aussi interrogé Karim Benzema sur le contenu de cette vidéo intime. "Je lui ai dit: ‘la vidéo, je l’ai vue il y a une semaine, avant de venir’", raconte encore l'attaquant du Real Madrid, avant d'expliquer ne jouer que le seul rôle d'intermédiaire. "Moi, mon but, il s’arrête là. Maintenant, mon ami, il prend la relève, c’est lui qui connaît la personne qui a ta vidéo, moi, je la connais pas. Maintenant, tu veux régler tes histoires, donne ton numéro, je lui donne et tu vois avec lui", aurait dit selon ces propos rapportés Karim Benzema au milieu de terrain de Lyon.

Aujourd'hui les deux joueurs n'ont pas le droit d'entrer en contact l'un avec l'autre, selon les termes du contrôle judiciaire imposé à l'attaquant madrilène. Dans cet échange, aucune somme d'argent n'est évoquée puisque l'ami de Karim Benzema, mis lui aussi en examen la semaine dernière, conclut: "Après, peut-être qu’ils vont lui demander, je sais pas, deux places de foot ou je sais pas quoi".

Benzema porte plainte, Valbuena partie civile, Deschamps menace

Me Sylvain Cormier, l'avocat de l'attaquant du Real Madrid, a annoncé de son côté qu'il comptait porter plainte pour violation du secret de l'instruction. "Je vais être très clair, je suis scandalisé par le procédé: diffuser, non pas une conversation dans son ensemble, mais des extraits. Lorsque je découvre ce dossier, je découvre qu’il y a certains passages qui sont évidemment des passages qui peuvent être mal interprétés", a-t-il expliqué sur Europe 1.

"Au cours de la conversation (...), Karim Benzema a déclaré qu'il avait dit à Mathieu Valbuena de ne pas payer. Cette déclaration n'intéresse apparemment personne", a-t-il critiqué.

Dans le même temps, le conseil de Mathieu Valbuena a déclaré sur RTL que le joueur se constituait partie civile dans cette affaire, afin d'avoir accès aux éléments du dossier et de préparer son audition prévue le 19 ou le 20 novembre prochain. "Il n'y avait pas d'animosité avant et il n'y en a toujours pas", a indiqué Me Didier Domat, reconnaissant toutefois qu'"on ne peut pas rester insensible à ce qu'on voit dans la presse". "C'est sûr que si on découvre que tout cela est vrai, il ne va pas être son ami", a poursuivi l'avocat, tout en appelant à "la prudence"

En attendant, Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France de football réunie à Clairefontaine avant les matchs face à l'Allemagne et à l'Angleterre, a mis en garde ses joueurs concernant l’affaire, déclarant sur un ton ferme: "Pas de dérapage, vous n'évoquez pas cette affaire, le moindre mot de travers et ce sera la polémique". 

S.A.