BFMTV

Bébé secoué: un père soupçonné après la mort de son bébé à Angoulême

Sur les lieux de l'incendie, mardi matin.

Sur les lieux de l'incendie, mardi matin. - Iroz Gaizka

L'autopsie du nourrisson a mis en évidence des "fractures anciennes et récentes" et de "multiples hématomes au niveau de la tête".

Un père de famille, soupçonné d'avoir provoqué la mort de son enfant de trois mois, victime de lésions multiples évoquant le syndrome du "bébé secoué", a été présenté samedi à un juge en vue de sa mise en examen, a appris l'AFP auprès du parquet d'Angoulême. 

Le bébé avait été découvert mort mercredi par la mère au domicile du couple à Angoulême, alors que l'enfant était placé sous la garde du père pendant que sa compagne se rendait à un rendez-vous médical. Les secours avaient été appelés sur place. 

Les parents placés en garde à vue 

L'autopsie du nourrisson, pratiquée jeudi, a mis en évidence des "fractures anciennes et récentes", de "multiples hématomes au niveau de la tête", des "marques de bébé secoué", a précisé à l'AFP le parquet. Les parents ont été placés en garde à vue vendredi matin. 

À l'issue de la garde à vue, le père, âgé de 33 ans, a été présenté à un juge d'instruction samedi en vue de sa mise en examen pour "violences sur mineur ayant entraîné la mort par ascendant", des faits passibles de 30 ans de réclusion criminelle. La mère, âgée de 22 ans, devait également être présentée à un juge pour "non-assistance à personne en danger".

Selon la Haute autorité de santé, plusieurs centaines d'enfants, la plupart de moins d'un an, sont victimes chaque année en France de la forme de maltraitance qu'est le "syndrome du bébé secoué", avec une mortalité de 20% en moyenne.

M.P avec AFP