BFMTV

iTELE: la direction va présenter un protocole d'accord aux salariés

La grève à iTELE dure depuis le 17 octobre 2016

La grève à iTELE dure depuis le 17 octobre 2016 - Christophe Archambault - AFP

Alors que la rédaction d'iTELE a commencé sa cinquième semaine de grève, la direction de la chaîne assure qu'elle va proposer des solutions pour résoudre le conflit.

Les dirigeants du groupe Canal+ présenteront lundi après-midi un nouveau protocole d'accord aux représentants des salariés d'iTELE, qui ont entamé leur cinquième semaine de grève, ont-ils annoncé à l'issue d'une rencontre avec les ministres du Travail et de la Culture.

"Il y a une volonté de la direction de sortir de ce conflit. Il faut maintenant qu'il y ait des actes", a souligné la ministre du Travail Myriam El Khomri. La direction propose la nomination d'ici à fin novembre d'un directeur adjoint pour seconder Serge Nedjar, qui assure la double casquette de directeur général et directeur de la rédaction, l'un des principaux points de crispation des grévistes. Ce nouvel adjoint sera "issu prioritairement de la rédaction", a indiqué lundi Gérald-Brice Viret, directeur général des antennes de Canal+.

iTELE n'est pas à vendre

"Nous avons réaffirmé très clairement qu'iTELE allait rester une chaîne d'information en continu de référence. Il n'y a pas du tout de projet de chaîne de divertissement", a assuré Stéphane Roussel, directeur général chargé des opérations de Vivendi (groupe propriétaire de Canal+). Il a également précisé qu'une dizaine de personnes étaient parties de la chaîne et qu'une dizaine de départs étaient encore en discussion et que "tous les départs seront remplacés".

iTELE n'est pas à vendre, selon un porte-parole du groupe: "On veut une chaîne d'info" dans le groupe, "mais il faut des projets pour montrer qu'elle a une valeur". "iTELE perd depuis des années 25 millions d'euros par an. Le vrai sujet est économique, le reste ce n'est pas le sujet", a souligné Stéphane Roussel.

Pas de projet de chaîne de divertissement

"Il n'y a pas du tout de projet de chaîne de divertissement", a martelé Jean-Christophe Thiery, président du directoire du groupe Canal+. "Dans un marché avec 4 chaînes d'information extrêmement concurrentiel, nous avons besoin de donner des avantages compétitifs très forts à cette chaîne. Elle va les trouver au sein du groupe Canal+ qui est extrêmement fort dans le sport, la culture et le cinéma, et l'international".

Les salariés de la chaîne d'information en continu ont voté lundi par 84% des voix de la rédaction la poursuite de leur mouvement jusqu'à mardi midi pour un 30e jour, une durée inégalée dans l'histoire de l'audiovisuel depuis mai 1968.

Fabien Morin avec AFP