BFMTV

Stéphane Plaza: "Mon projet de film avec Depardieu n'a pas abouti"

Stéphane Plaza, le 21 mai 2015

Stéphane Plaza, le 21 mai 2015 - Joel Saget - AFP

Quand il n'est pas sur le petit écran à la recherche d'une maison ou d'un appartement, Stéphane Plaza monte sur les planches. L'animateur de M6 est actuellement au Théâtre des Bouffes Parisiens pour la pièce Le Fusible. Rencontre.

Stéphane Plaza ne s'arrête jamais. L'agent immobilier le plus célèbre de France multiplie les projets télé et revient parallèlement sur scène avec une nouvelle pièce de théâtre, Le Fusible. Il incarne Paul, un homme d'affaires de 45 ans, sur le point de changer radicalement de vie a cause d'une "amnésie". 

Qu'avez-vous en commun avec votre personnage dans la pièce Le Fusible?

"Cette folie. Le fusible de l'amour aussi, parce que c'est quelqu'un de passionné et quand on a trouvé la bonne personne on reste. Et puis peut être cette amnésie de temps en temps, ou le fait d'être dans ce monde lunaire parfois."

Votre personnage a tendance à se reposer sur son meilleur ami, est-ce une chose que vous faites aussi dans la vie?

"Non. En revanche, j'ai appris récemment à déléguer un peu. Mais c'est dû au fait que j'ai beaucoup d'activités professionnelles: j'ai mes agences immobilières, mes émissions de télé, le théâtre… Après en amitié c'est plus compliqué. Mais je suis plutôt sollicité parce que je suis quelqu'un de grande écoute. Et il y a plus de gens qui parlent que de gens qui vous écoutent."

Si vous pouviez oublier un souvenir ou un passage de votre vie grâce à une amnésie passagère comme votre personnage, qu'est-ce que vous oublieriez?

"J'oublierais tous les articles de merde de la presse people, qui ne sont pas toujours vrais. Et qui peuvent avoir des conséquences."

"Avec l'expérience, j'apprends à retenir ma langue."

Vous deviez avoir le rôle de gaffeur à l'origine dans la pièce Le fusible. C'est un rôle qui vous correspond davantage. Quelle est votre plus grosse gaffe ou celle dont vous avez le plus honte?

"Oh j'en fait beaucoup. Je mets souvent les pieds dans le plat. J'ai déjà dit à quelqu'un 'vous êtes venu avec votre mère?', alors que c'était sa femme, ou inversement. Parfois je dois être dans un autre monde… Mais je le fais toujours avec le cœur et avec le sourire. Mais je fais des gaffes tous les jours: je perds mes clés, je casse mes ordinateurs, je viens de casser mon téléphone portable que je venais de faire réparer. Dès que j'ai quelque chose dans les mains, il m'échappe. Avec l'expérience et mes 46 ans j'apprends à retenir ma langue et j'en fais de moins en moins."

On vous sent très proche de votre partenaire Arnaud Gidoin dans la pièce. En télé c'est également le cas avec Karine Le Marchand. C'est important pour vous l'esprit de bande?

"Oui, c'est important. Avec Karine c'est un binôme qui fonctionne. Et au théâtre, j'ai toujours pensé qu'il était important d'être entouré, d'être dans une vraie troupe. Et c'est le cas avec Arnaud Gidoin, qui est devenu au fur et à mesure du temps, un ami. Je le vois en dehors. Ça ne sera sans doute pas le seul duo qu'on fera ensemble."

Stéphane Plaza et Arnaud Gidouin dans "Le Fusible"
Stéphane Plaza et Arnaud Gidouin dans "Le Fusible" © Evelyne Desaux

Vous avez annoncé sur Europe 1 il y a quelques semaines que vous arrêtiez votre émission Qu'est-ce que je sais vraiment? avec Karine Le Marchand sur M6. Vous avez reçu un petit coup de fil de la chaîne depuis?

"Attention, qu'il n'y ait pas de polémique. Au départ je ne devais pas faire cette émission plus d'une saison. Je l'ai lancée et je devais arrêter à la fin de la première année et ça fait trois ans que je l'anime. Avec Karine on est allés jusqu'au maximum où on pouvait aller. Quelqu'un d'autre me remplacera mais il n'y a aucun problème avec M6. D'autres chaînes m'ont proposé de les rejoindre et je ne suis pas parti. J'ai un emploi du temps très chargé avec des émissions qui fonctionnent, donc tout va pour le mieux. C'est déjà beau une émission qui dure trois ans. J'ai une santé à protéger, des émissions à faire, je dois me renouveler. Je ne suis pas un surhomme."

On a appris que Karine Le Marchand allait animer une émission de portraits politiques sur M6. La chaîne vous a-t-elle aussi proposé de nouveaux formats?

"Il y a effectivement d'autres projets qui, pour l'heure, n'ont pas abouti. Et il n'est pas question de ne présenter que des émissions autour de l'immobilier. On fera sans doute d'autres choses avec Karine Le Marchand aussi."

"Entre la comédie et l'immobilier, je choisis l'immobilier."

Pourriez-vous envisager de ne faire que de la comédie?

"Ca m'embêterait. L'immobilier, c'est mon ADN. Mais ne faire qu'une seule chose, ce serait dommage aussi. Après si j'ai un choix à faire, je ferai le choix que je dois faire. Renoncer c'est aussi choisir."

Et quel serait votre choix?

"L'immobilier. J'aime la télé, mais n'oublions pas qu'à la télé ou au théâtre, on peut vite vous dire au revoir."

Il y a plusieurs mois, vous évoquiez le tournage d'un film: La nuit des voyous avec notamment Gérard Depardieu. Où en est ce projet aujourd'hui?

"Ce projet n’a pas abouti. Aujourd'hui, il y a d’autres projets de longs métrages, toujours avec des noms connus. On verra si cela débouche sur quelque chose d'ici fin 2016."

Vous êtes très discret sur votre vie privée. Est-ce que vous comprenez cette curiosité qu’on les gens à votre égard? Qu’ils s’intéressent à autre chose qu’à l’animateur, ou au comédien?

"Non, je ne comprends pas. Je crois que chacun doit être libre de faire ce qu’il veut, et il ne faut pas être dans le jugement. Je ne comprends pas que des gens cherchent à savoir combien je gagne, ou qui partage ma vie. Mais j’aime beaucoup les gens."