BFMTV

Spider-Man, Ghost, Beetlejuice... Quand Broadway va chercher l'inspiration du côté d'Hollywood

"Shrek", "Spider-Man", "Bodyguard" ou "La revanche d'une blonde" ont tous eu droit à leur adaptation en comédie musicale.

"Shrek", "Spider-Man", "Bodyguard" ou "La revanche d'une blonde" ont tous eu droit à leur adaptation en comédie musicale. - Broadway

Alors que Beetlejuice aura prochainement droit à sa comédie musicale à Broadway, retour sur ces films (non musicaux) qui ont finalement quand même eu droit à leur adaptation musicale. Pas toujours pour le meilleur...

On attendait un Beetlejuice 2. Mais c'est finalement sur les planches que ce héros un peu barré, popularisé par le film de Tim Burton en 1988, devrait revenir le plus vite. Selon le site The Verge, une comédie musicale issue de ce long-métrage devrait voir le jour à Broadway dans deux ans. Un projet inattendu et surprenant, mais qui s'inscrit dans la longue liste de ces films, non musicaux, qui ont finalement eu droit à leur passage sur la 42ème rue de New York dans un spectacle musical.

Mais si le défi est tentant, adapter un succès du 7ème Art à Broadway s'avère souvent un pari risqué. Le fiasco rencontré par Spider-Man en 2014 en est le meilleur exemple. Retour sur ces adaptations musicales improbables qui ont conduit des films cultes à renaître sur scène. Et en chansons.

Billy Elliot terrasse Spider-Man

De tous ces films devenus des comédies musicales à Broadway, certains ont réussi à s'attirer les faveurs du public et des critiques, à l'instar de Billy Elliot : le musical. L'adaptation du film de Stephen Daldry a réuni plus de 10 millions de spectateurs depuis sa création en 2005 et remporté pas moins de 10 Tony Awards. L'histoire de ce jeune garçon qui rêvait d'être danseur a réussi à rencontré le même succès dans les salles de cinéma et dans les salles de théâtre. Un destin que n'a pas connu, par exemple, Spider-Man quelques années plus tard.

"Spider-Man" à Broadway: un fiasco à 60 millions de dollars pour les producteurs.
"Spider-Man" à Broadway: un fiasco à 60 millions de dollars pour les producteurs. © Jacob Cohl

Si les observateurs paraissaient plutôt sceptiques à l'annonce de l'adaptation des aventures de l'homme-araignée en comédie musicale en 2014, les producteurs de cet ambitieux spectacle avaient pourtant mis de leurs côtés des arguments de poids: un budget de 75 millions de dollars (7 fois plus que le budget moyen d'un spectacle à Broadway), des chansons signées Bono, des cascades spectaculaires... Sauf que l'idée de découvrir Peter Parker chantant en collant sur scène entre deux combats avec le bouffon vert et deux baisers échangés avec Mary-Jane n'a pas passionné les foules. Résultats: en plus d'avoir collectionné les pépins artistiques (le renvoi du metteur en scène, les graves blessures de certains comédiens...), est venue s'ajouter la catastrophe financière avec une perte de 60 millions de dollars pour les producteurs.

Amélie Poulain à Broadway: le "dégoût" de Jean-Pierre Jeunet

Mais l'échec de Spider-Man n'a pas refroidi les ardeurs de ceux qui espèrent encore convertir des triomphes sur la toile en salles à guichet fermés à Broadway. Même d'ailleurs ceux auxquels personne n'aurait vraiment pensé. Par le passé, le public a ainsi pu découvrir une comédie musicale ayant pour héros Shrek ou même... Rocky. Des films comme Sister Act, Ghost, Bodyguard, Big Fish, Priscilla, folle du désert, La cage aux folles, La revanche d'une blonde ou Finding Neverland ont eux aussi eu droit à leur "Musical" à Broadway. L'esprit d'Un américain à Paris ou Chantons sous la pluie semblent un peu loin, mais qu'importe, Broadway n'hésite plus à chercher à Hollywood l'inspiration qu'Hollywood a longtemps puisé à Broadway, notamment dans les années 1960 où triomphèrent aux Oscars aussi bien West Side Story, My Fair Lady ou La mélodie du bonheur.

Au royaume de Broadway, aucune adaptation ne semble donc impossible. Même les plus improbables. Car en-dehors, des classiques de Disney (La Belle et la Bête, Le Roi Lion, Aladdin, Mary Poppins, La Petite Sirène ou Tarzan ont leur musical, pour ne cite qu'eux), les producteurs cherchent les succès cinématographiques qui pourront rassembler le grand public. Un succès sur les écrans est à première vue une valeur sûre. Ce qui poussent parfois certains à surprendre même les principaux concernés. A l'idée que son Fabuleux destin d'Amélie Poulain ait également son adaptation en comédie musicale à New York, le réalisateur Jean-Pierre Jeunet avait une vision assez... radicale des choses.

La comédie musicale Un jour sans fin à la rentrée

"Ca me dégoûte profondément cette comédie musicale. Je peux vous dire je n'irai pas la voir, je ne veux pas en entendre parler, je n'écouterai pas ce qu'ils font. Mais si ça doit rapporter de l'argent et bien peut-être que je pourrais sauver quelques vies... Donc c'est uniquement pour ça que j'ai accepté," expliquait-il sur RTL, confiant avoir offert les droits de son film à l'association Mécénat Chirurgie Cardique.

Le réalisateur français avait alors rajouté: "J'ai absolument horreur des comédies musicales et je hais Broadway. Je considère que c'est l'incarnation même de la ringardise." Peu de chance donc que le cinéaste français se précipite pour découvrir l'adaptation en comédie musicale du film culte Un jour sans fin à la rentrée...