BFMTV

"House of Cards", le succès grâce aux statistiques

Une utilisation aussi approfondie des statistiques est inédite.

Une utilisation aussi approfondie des statistiques est inédite. - -

SUR LES INTERNETS - La première série à être exclusivement produite et diffusée par un service de vidéo à la demande, "House of Cards", a été très largement inspirée par des études d'audiences à la portée inédite.

House of Cards, la nouvelle série sortie le 1er février avec Kevin Spacey et réalisée par David Fincher, est un succès. Mais ce qui la distingue, c'est que la production le savait avant même le début du tournage: ce sont les statistiques qui le disent, ainsi que le révèle le New York Times, cité par L'Express.

House of Cards a la particularité d'être la première série "télévisée" à être entièrement produite et exclusivement diffusée sur un service de vidéo à la demande, Netflix. Or ces start-up possèdent une connaissance très approfondie des goûts de ses utilisateurs en fonction de leur profil.

Ils savent précisément quel pourcentage de téléspectateurs a regardé quoi, jusqu'à quel épisode, combien de fois, où ils habitent et quel est leur âge. Quels acteurs et quels réalisateurs plaisent le plus à telle ou telle catégorie d'utilisateurs, quel type de série les rend le plus addictif. Ils ont à leur disposition un fichier de 33 millions de personnes dont on peut croiser les données statistiques pour trouver la recette de la potion magique.

Un coup à 100 millions

Cette connaissance a certainement rassuré Netflix, qui a investi plus de 100 millions de dollars sur cette expérience.

S'il n'est pas nouveau de constater que la production télévisuelle se base sur des études d'audience, une utilisation aussi approfondie des statistiques est inédite. Selon Netflix, cette série est devenu le contenu le plus regardé en direct de tout le pays, et a déjà convaincu 3,3 millions d'utilisateurs.

On ne peut jamais exclure une part aléatoire de l'équation, mais il semble bien que la recette n'ait pas été mauvaise. Le résultat est-il pour autant fade et convenu? Il ne semble pas, tant les critiques ont été élogieuses.

>> A lire sur le New York Times (en anglais)

>> Voir la bande-annonce de "House of Cards":

House of Cards (US) - saison 1 Bande-annonce VO

Olivier Laffargue