BFMTV

Karine Le Marchand a retiré sa plainte contre Thuram

L'animatrice de télévision Karine Le Marchand, ex-compagne du footballeur (photo d'illustration).

L'animatrice de télévision Karine Le Marchand, ex-compagne du footballeur (photo d'illustration). - -

INFO BFMTV - L'ex-compagne de Lilian Thuram avait déposé plainte contre l'ancien footballeur pour violences conjugales. Elle affirme à BFMTV l'avoir finalement retirée.

Les raisons de la rupture éclatent au grand jour. L'animatrice de télévision Karine Le Marchand a déposé plainte à Paris contre son ancien compagnon l'ex-footballeur Lilian Thuram pour violences conjugales, selon une source proche du dossier samedi confirmant une information de l'hebdomadaire Closer. Elle affirme à BFMTV l'avoir finalement retirée, sans ajouter de commentaire.

"Karine Le Marchand s'est séparée de Lilian Thuram depuis plusieurs mois", indique Me Caroline Mecary dans un communiqué transmis à l'AFP. "Tous deux déplorent que des éléments sans gravité ayant trait à leur vie privée aient pu être étalés sur la place publique alors même que Karine Le Marchand a entamé rapidement des démarches pour retirer sa plainte auprès du capitaine qui l'a enregistrée", selon la même source.

Lilian Thuram officier de la Légion d'honneur

Karine Le Marchand, 45 ans, animatrice de l'émission "L'amour est dans le pré" diffusée sur M6, a déposé plainte le 4 septembre au commissariat du XVIe arrondissement pour violences conjugales, selon la même source. Elle avait évoqué récemment dans une émission de radio sa rupture avec Lilian Thuram.

Détenteur du record des sélections en équipe de France de football et défenseur de l'équipe tricolore, championne du monde en 1998, Lilian Thuram, 42 ans, a pris position à plusieurs reprises sur l'égalité, l'immigration et le racisme, créant en 2008 la Fondation Lilian Thuram-Éducation contre le racisme. Il a été promu officier de la Légion d'honneur, lors de la dernière promotion pascale, en tant que président de sa fondation.

D'après le rapport 2012 de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) sur la criminalité en France, 122 femmes sont décédées en 2011, victimes de leurs conjoints ou ex-conjoints, et 53.868 violences non mortelles sur des femmes au sein du couple ont été enregistrées par les forces de l'ordre cette même année.

L. B.