BFMTV

Quand Tom Cruise espionnait Nicole Kidman

Tom Cruise et Nicole Kidman en mai 1992.

Tom Cruise et Nicole Kidman en mai 1992. - Michel Gangne - AFP

L'acteur adepte de l'église de scientologie aurait fait écouter les conversations téléphoniques de Nicole Kidman, alors son épouse. C'est ce que révèle un documentaire sur la secte, projeté au festival de Sundance.

Going clear: scientology and the prison of belief. Le documentaire d'Alex Gibney sur l'église de scientologie révèle quelques informations croustillantes sur ses adeptes célèbres comme Tom Cruise ou John Travolta.

Le documentaire, tiré du livre-enquête du journaliste américain Lawrence Wright, et projeté au festival de Sundance dimanche, révèle, selon le Hollywood Reporter, que la secte aurait mis Nicole Kidman sur écoute. 

"Accusations entièrement fausses"

L'église de scientologie voyait d'un très mauvais oeil, le mariage de Tom Cruise et de l'actrice australienne. Nicole Kidman est, en effet, la fille d'un psychologue réputé, une discipline que détestait Ron Hubbard, fondateur de la secte.

Un haut dignitaire de l'église de scientologie a même expliqué à Alex Gibney que son rôle était de "faciliter la rupture". Lundi, l'église a réfuté ces informations, déclarant que les "accusations faites dans le film" étaient "entièrement fausses", rapporte le Telegraph.

Détective privé

En 1999, pendant le tournage d'Eyes wide shut, de Stanley Kubrick, le couple avait déménagé à Londres et Tom Cruise s'était un peu éloigné de l'église. La scientologie a alors tout fait pour le ramener dans son giron et saboter sa relation avec Nicole Kidman. Tom Cruise aurait alors engagé un détective privé pour écouter les conversations téléphoniques de sa femme. La secte aurait même essayé de monter les enfants adoptés par le couple contre Nicole Kidman.

Mais Tom Cruise n'est pas le seul à faire les frais de ces révélations. On apprend ainsi que la scientologie aurait créé un "dossier" sur John Travolta, pour s'assurer de la loyauté de l'acteur et faire pression sur lui au cas où il aurait envie de quitter la secte. Si le film ne précise pas de quelles informations la secte disposait, il suggère qu'elle ne serait pas étrangère à une couverture de tabloïd sur la prétendue homosexualité de l'acteur. 

Présenté en première mondiale lors du festival du film indépendant, Going clear: Scientology and the prison of belief présente des témoignages d'anciens membres de la secte, aborde le traitement des membres ainsi que le statut, aux Etats-Unis, d'organisation à but non lucratif et non soumise à l'impôt.

Magali Rangin