BFM Paris

Périphérique parisien: la Ville boucle son projet de voie dédiée au covoiturage

Circulation dense sur le périphérique, à Paris le 9 juillet 2020

Circulation dense sur le périphérique, à Paris le 9 juillet 2020 - PHILIPPE LOPEZ © 2019 AFP

Mise en place à l'issue des Jeux olympiques, elle sera également ouverte à d'autres modes de transport "vertueux" dont la liste reste à définir.

Le Conseil de Paris, à majorité de gauche, a bouclé ce mardi son projet de réserver au covoiturage une voie du périphérique à l'issue des Jeux Olympiques de 2024, et cela sur l'ensemble des 35 kilomètres de la voie circulaire.

En approuvant une convention avec la Solideo (Société de livraison des ouvrages olympiques) et Paris 2024 (le comité d'organisation) sur le financement de simulations de trafic pour les "voies olympiques", réservées aux athlètes, médias, officiels, secours et forces de l'ordre pendant les Jeux, la mairie réaffirme que la voie réservée sur le périphérique et ses équipements (caméras de forme, capteurs, signalétique) "seront conservés afin de permettre la création d'une voie réservée au covoiturage et autres modes vertueux".

Mais alors que la voie olympique, financée par la Solideo, ne concerne que les trois quarts (ouest, nord et est) du périphérique, le conseil municipal a adopté un vœu du groupe écologiste demandant de "compléter l'héritage" en intégrant dans la future voie de covoiturage le tronçon sud, entre les portes de Versailles et de Bercy, "afin de créer une voie dédiée sur l'intégralité du boulevard périphérique parisien".

La région souhaite assurer la gestion du périphérique

"Nous avons voté le principe de faire tout le périphérique", a résumé l'adjoint EELV à la transformation de l'espace public, David Belliard, estimant à 6 ou 7 millions d'euros le budget municipal pour "financer le bouclage de cette voie dédiée".

La liste de ces "autres modes vertueux" est "en cours d'élaboration dans le cadre des ateliers du Périphérique", rappelle la mairie. Mercredi, le premier adjoint (PS) Emmanuel Grégoire avait évoqué les "transports en commun" et les "véhicules électriques".

La majorité de la maire Anne Hidalgo, candidate du PS à la présidentielle, prend cette décision de principe alors que Valérie Pécresse, présidente LR de la région Île-de-France et autre prétendante à l'Élysée, a lancé mercredi une consultation en ligne sur ce projet, auquel elle est farouchement opposée.

"Pour ou contre la suppression d'une voie pour tous du périphérique?", demande la région, dans un vote ouvert jusqu'à fin novembre "à toutes les personnes l'empruntant ou non".

F.B. avec AFP