BFMTV

"Un climat doux et ensoleillé au moins jusqu'à vendredi prochain"

Baigneurs à Marseille, ce jeudi 6 mars.

Baigneurs à Marseille, ce jeudi 6 mars. - -

Le beau temps s'est installé sur la France. Et à ceux qui craignent un retour de bâton, Météo France se veut optimiste. Explications d'un prévisionniste.

Un soleil généreux, des arbres fruitiers qui n'ont pas attendu le printemps pour fleurir et des températures qui font tomber le manteau: la France connaît un redoux appréciable. Combien de temps va-t-on en profiter? Faut-il craindre un retour de bâton et Pâques aux tisons? François Jobard, prévisionniste à Météo-France, répond aux questions de BFMTV.com.

Pendant combien de temps la France peut-elle miser sur du beau temps?

Nos travaux établissent des prévisions fiables à sept jours. D'ici la fin de la semaine, nous prévoyons des conditions anticycloniques, un climat doux et ensoleillé au moins jusqu'à vendredi prochain, avec une petite dégradation dans le week-end du 15 mars. Par dégradation, j'entends des nuages possibles sur la région Nord du pays. Nous ne parlons pas de pluie, car nous n'en avons pas la certitude. Nous sommes à J+7, J+8.

Comment expliquez-vous le beau temps?

Nous l'expliquons depuis mercredi par la remontée de l'anticyclone des Açores jusqu'à l'Europe de l'Ouest. Une vaste muraille, pourrait-on dire, de haute pression atmosphérique qui s'est dirigée vers l'Europe de l'Ouest, apportant un climat chaud et ensoleillé. Pour l'instant, les températures devraient rester en-dessous des records. C'est surtout la première fois qu'il fait beau pendant une si longue période - 10 jours - après un hiver avec autant d'intempéries.

Peut-on mettre en lien la pollution de l'air et la chaleur printanière de ces derniers jours?

La pollution n'est pas à l'origine de la chaleur. Par contre, elle peut résulter d'une période de temps anticyclonique où il n'y a pas de vent: les particules fines s'accumulent dans les grandes villes et créent un air pollué. Je n'ai pas consulté l'agence régionale de surveillance de qualité de l'air de ce jour (Airparif), mais je ne serais pas étonné par un épisode de pollution aux particules.

Doit-on craindre des gelées tardives menaçant les cultures fruitières?

Depuis fin février, certains arbres fruitiers fleurissent et les agriculteurs craignent, à juste titre, des gelées tardives avec le démarrage précoce du printemps. Un retour de gelée au mois d'avril pourrait causer des dégâts sur les fruits. Cela dit, il faut signaler que le pays observe encore des gelées avec des températures qui restent basses le matin. Pendant le week-end, ces mêmes températures pourraient néanmoins atteindre 15°C ou 20°C et créer une situation de dégel.

Propos recueillis par Laure Beaudonnet