BFM Lyon

Toutes les villes de la Métropole de Lyon bientôt à 30km/h?

Fabien Bagnon, vice-président de la métropole, a envoyé un courrier aux maires de la collectivité pour proposer de limiter la vitesse sur l'ensemble de leur commune à 30 km/h.

La proposition est encore loin de faire l'unanimité. Dans une lettre adressée récemment aux 59 communes de la métropole de Lyon, Fabien Bagnon, vice-président de la collectivité en charge de la voirie et des mobilités actives, leur suggère de passer leur ville à 30 km/h.

"Demain, en faisant de la limitation à 30km/h la vitesse par défaut, les communes choisiront de faire de la rue un espace de circulation apaisée", met en avant l'élu écologiste dans ce courrier partagé sur Twitter.

Déjà trois communes

Aujourd'hui, seulement trois communes ont déjà adopté cette mesure. Notamment Oullins depuis deux ans. Mais dans la ville, habitants et automobilistes ne semblent pas encore pleinement convaincus.

"Je ne sais pas si ça se sent tellement, il y en a quand même très peu qui roulent à 30 km/h", remarque un riverain. "Pour l'hypercentre, c'est intéressant. Par contre, d'autres axes où on peut rouler, c'est contraignant", rajoute un automobiliste, rejoint par un autre: "il faut quand même laisser conduire ceux qui vont au travail".

A la métropole de Lyon, les arguments en faveur de la ville à 30 km/h ne manquent pourtant pas: réduction des nuisances sonores et de la pollution, ville plus apaisée, et surtout sécurité renforcée.

Deux tiers des habitants concernés d'ici 2026?

Des arguments qui ont convaincu trois autres communes dont La Mulatière de passer en ville 30 km/h. D'autres sont encore réticentes, comme Saint-Priest, ville traversée par de grands axes routiers.

"Il y a des secteurs sur lesquels on pourra gérer cette circulation à 30 km/h. On l'a déjà fait. D'autres peuvent être étudiés pour le passage à 30 km/h, mais certainement pas la ville dans son ensemble, ce n'est pas possible", affirme Gilles Gascon, maire LR de Saint-Priest.

Pour l'exécutif écologiste, il reste donc du travail pour convaincre les maires de la métropole. Surtout que d'ici la fin de son mandat, les élus souhaitent que deux tiers des habitants de la collectivité résident sur une commune à 30 km/h.

Corentin Marabeuf avec Benjamin Rieth