BFMTV

Une ingérence russe dans la présidentielle US? "Ridicule", juge Donald Trump

Donald Trump, le 10 novembre 2016.

Donald Trump, le 10 novembre 2016. - Yuri Gripas - AFP

Barack Obama vient de commander un rapport pour faire la lumière sur de possibles opérations de hackers russes pour aider Donald Trump à remporter la présidentielle en novembre. Ce dernier a jugé ces soupçons "ridicules".

C’est le sujet qui agite la scène politique américaine ces derniers jours. Les présomptions autour d’une possible ingérence de hackers russes dans l’élection présidentielle pour en influencer le résultat prennent de plus en plus de poids dans le débat public. Ce vendredi, dans le Washington Post, on pouvait lire les citations fracassantes de plusieurs responsables de la CIA.

Ceux-ci estimaient que des individus liés au pouvoir russe avaient transmis à Wikileaks des mails extraits des messageries électroniques du directeur de la campagne d’Hillary Clinton, John Podesta, et du comité national du Parti démocrate. L’idée était de nuire à la candidate et de renforcer les chances de victoire de Donald Trump. Barack Obama a d’ailleurs ordonné qu’un rapport lui soit remis avant la fin de son mandat (la passation de pouvoir est fixée au 20 janvier) par les agences de renseignements sur cette question d’une intervention de pirates informatiques russes dans le dernier processus électoral. Donald Trump a réfuté cette influence potentielle d’un pays étranger dans son succès ce dimanche dans l’émission Fox News Sunday.

Une "excuse" démocrate

Selon lui, cette hypothèse est "ridicule". Le président-élu voit dans ces assertions, non pas le travail des services de renseignement américains (qui sont d’ailleurs divisés sur ce sujet pour le moment) mais l’aigreur de ses rivaux démocrates:

"Les Démocrates sortent ça parce qu’ils ont subi une des plus grandes défaites de l’histoire politique de ce pays. (…) C’est seulement une autre excuse. Je n’y crois pas."

A l’évidence, Donald Trump est fasciné par la pratique du "hacking" et l’a exprimé en ces termes:

"Personne ne sait vraiment ce qui s'est passé, et le hacking, c’est vraiment intéressant. Une fois que les hackers sont intervenus, si vous ne les avez pas pris sur le fait, vous n’avez aucune chance de les attraper. Ils ne savent pas si c’est la Russie, la Chine, ou un autre pays. Et le responsable pourrait être une personne assise sur un lit quelque part."

R.V.