BFMTV

Nouvelle-Zélande: ce que l'on sait de l’éruption du volcan qui a fait au moins 5 morts et 8 disparus 

Éruption de White Island, le 9 décembre 2019.

Éruption de White Island, le 9 décembre 2019. - CHRIS FIRKIN / COURTESY OF CHRIS FIRKIN / AFP

Une cinquantaine de personnes se trouvaient "aux abords" de White Island, une petite île touristique néo-zélandaise, lorsque son volcan est entré en éruption.

Cinq personnes au moins sont mortes lors de l'éruption du volcan de White Island ce lundi, en Nouvelle-Zélande, où les autorités ont envoyé d’importants moyens. Une cinquantaine de personnes visitaient l’île volcanique au nord du pays, lorsque le volcan est entré en éruption à 14h11 (2h11 heure française), projetant des cendres et des roches dans les airs sur 3,6 kilomètres. Dix-huit personnes ont été évacuées et sont actuellement soignées, a déclaré la police locale, précisant en fin de journée que 8 personnes étaient portées disparues.

Dans la nuit de lundi à mardi, la police a précisé que malgré plusieurs vols de reconnaissance pour tenter de retrouver les personnes piégées, "aucun signe de vie n'avait pu être observé nulle part." "En se fondant sur les informations disponibles, nous ne pensons pas qu'il y ait de survivant sur l'île", ont souligné les autorités, ajoutant qu’elles "travaillaient activement à établir le nombre exact des personnes décédées". À la tombée de la nuit, le commissaire adjoint de la police John Tims avait expliqué que l'activité volcanique rendait les opérations de sauvetage trop dangereuses.

Deux volcans sous-marins

Une alerte de niveau quatre, sur une échelle à cinq niveaux, a été émise pour le volcan, a déclaré l’agence gouvernementale Geonet, précisant qu’il s’agissait d’une "éruption volcanique modérée". Elle a ensuite été abaissée à trois, mais une nouvelle éruption est toujours possible dans les heures à venir. L'armée néo-zélandaise devrait procéder à une inspection de l'île aux premières heures du jour mardi.

L’île circulaire de White Island, dont l’altitude culmine à 321m d’altitude, est en réalité le sommet émergé de deux volcans sous-marins imbriqués hauts de 1600 m. Visité par plus de 10.000 touristes chaque année, White Island est connu pour offrir la possibilité de marcher à l’intérieur de son cratère principal, sans aucun effort physique ou presque et être l’un des volcans les plus actifs au monde. Les touristes en quête d'aventures aiment s'y rendre équipés de casques de sécurité et de masques à gaz pour s'approcher du volcan.

Une activité volcanique permanente

Selon la légende, le volcan aurait été découvert par James Cook en 1769. L’explorateur britannique l’aurait surnommé "l’île blanche" en référence à la fumée de souffre qui surplombait déjà le cratère à cette époque. L’activité volcanique permanente sur ses terres modifie d’ailleurs presque quotidiennement l’aspect de l’île, située dans la baie de l’Abondance, à 48 kilomètres de Whakatane sur l’île Nord de la Nouvelle-Zélande. Depuis 1995, seules quelques compagnies sont autorisées à y organiser des visites.

Par ailleurs, la Nouvelle-Zélande, située sur la Ceinture de feu du Pacifique, à la limite des plaques tectoniques australienne et du Pacifique, enregistre jusqu’à 15.000 secousses par an et une forte activité volcanique.

11 morts en 1914

Réputé pour être le plus actif de l’archipel néo-zélandais, d’après Geonet, ce volcan a connu de fréquentes éruptions au cours des cinquante dernières années. En 1914, l’effondrement d’une paroi du cratère avait coûté la vie à onze hommes qui travaillaient sur le chantier d’une mine de souffre en construction.

Entre juillet 2012 et juillet 2013, de nombreuses explosions générant d’importantes émissions de cendres avaient été constatées. La plus récente éruption remontait à 2016, où deux explosions importantes avaient eu lieu les 27 avril et 13 septembre. Cette année-là, un conteneur de 2,4 tonnes avait été transporté par avion sur l'île afin de servir d'abri en cas d'éruption.

Ces derniers jours, des scientifiques du GNS, l’institut de recherche géologique de la Nouvelle-Zélande, avaient bien observé des signes inquiétants sur le volcan White Island, pouvant indiquer une probable éruption. Pour autant, les excursions touristiques prévues lundi sur l’île n’avaient pas été annulées.

Romane Ganneval avec AFP