BFMTV

Menaces d'attentats: Bruxelles annule les festivités du Nouvel An

Des interpellations en lien avec des menaces terroristes ont encore eu lieu ces derniers jours.

Des interpellations en lien avec des menaces terroristes ont encore eu lieu ces derniers jours. - Emmanuel Dunand - AFP

Le bourgmestre de Bruxelles a pris la décision mercredi d'annuler toutes les festivités pour la nuit de la Saint-Sylvestre. Une décision prise alors que la capitale a été placée au niveau 3 - sur 4 - de l'alerte terroriste.

Le maire de Bruxelles a annoncé ce mercredi soir à la télévision belge l'annulation des festivités du Nouvel An et du feu d'artifice prévus jeudi soir, face à la menace d'attentats. "Il vaut mieux ne pas prendre le risque", a expliqué Yvan Mayeur le bourgmestre de la capitale belge.

"Malheureusement le feu d'artifice et tout ce qui était prévu demain (jeudi) soir et qui devait rassembler beaucoup de monde sur le centre de Bruxelles, nous sommes contraints de l'annuler compte tenu de l'analyse du risque faite par le centre de crise", a déclaré le maire de Bruxelles en direct sur la chaîne publique La Une.

"Accepter les aménagements"

La décision a été prise au dernier moment, après une nouvelle analyse de la situation par l'organe chargé de l'évaluation de la menace terroriste en Belgique, l'Ocam, et consultation avec le ministre de l'Intérieur. Environ 100.000 personnes avaient assisté au passage à la nouvelle année l'an passé sur la place de Brouckère, au centre de Bruxelles.

"C'était une décision, je le mesure bien, délicate, difficile à prendre pour le bourgmestre", a observé le Premier ministre belge Charles Michel, également invité à la RTBF, qui a qualifié la décision de "juste".

Ce n'est pas la première fois que le feu d'artifice du Nouvel An est annulé à Bruxelles: c'était déjà arrivé en 2007, en lien également avec une menace terroriste. Charles Michel a estimé qu'il fallait accepter "des aménagements le plus provisoires possible".

Niveau 3 de l'alerte terroriste

La Belgique et notamment Bruxelles, qui abrite les institutions européennes et l'Otan, est placée depuis fin novembre au "niveau 3 d'alerte terroriste", soit un cran en-dessous du niveau maximal, ce qui traduit une "menace possible et vraisemblable". La capitale belge a même vécu pendant presque six jours au niveau 4, à la suite des attaques du 13 novembre à Paris.

Mardi, le parquet fédéral a annoncé l'arrestation de deux personnes soupçonnées de préparer des attentats dans la capitale pour les fêtes de fin d'année. Évoquant des menaces "sérieuses", le parquet a indiqué que "plusieurs lieux emblématiques de Bruxelles" étaient visés. "Les enquêtes sont toujours en cours, le parquet bruxellois, le parquet fédéral, continuent de travailler sur cette menace", a encore justifié Yvan Mayeur.

Mercredi, un homme recherché a également été interpellé à Molenbeek après une perquisition dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris.

la rédaction avec AFP