BFMTV

La Belgique expulse de plus en plus d'Européens

De plus en plus de ressortissants européens, dont des Français, sont expulsés de Belgique, selon des chiffres publiés vendredi.

De plus en plus de ressortissants européens, dont des Français, sont expulsés de Belgique, selon des chiffres publiés vendredi. - -

Ils sont "une charge déraisonnable" pour le système social belge. Telle est la justification de la multiplication des expulsions de ressortissants européens hors du plat pays.

Est-ce un dommage collatéral de la rivalité entre Flamands et Wallons? De plus en plus de ressortissants de l'Union européenne, dont de nombreux citoyens français, sont expulsés de Belgique, même après un long séjour dans le royaume. La raison invoquée est la "charge déraisonnable" qu'ils feraient peser sur le système d'aide sociale belge, selon des chiffres rendus publics cette semaine.

"En 2013, et ce jusqu'en août, il a été mis fin au séjour de 1.130 citoyens européens", a indiqué la secrétaire d'Etat belge chargée de l'Asile et de la Migration, Maggie De Block, interrogée sur ce sujet par un parlementaire belge.

Les expulsions de ressortissants européens ont explosé au cours de ces dernières années. En 2010, à peine 343 citoyens de l'UE avaient été expulsés de Belgique. En 2011, leur nombre est passé à 989 et a ensuite doublé en 2012, avec 1.918 expulsions.

Au cours des huit premiers mois de 2013, 133 Français ont été expulsés de Belgique faute de moyens suffisants de subsistance.

Application stricte d'une directive européenne

Maggie De Block, une libérale flamande et une des ministres les plus populaires du gouvernement d'Elio Di Rupo en raison de sa fermeté sur les questions d'asile et d'immigration, a décidé d'appliquer à la lettre une directive européenne de 2004 sur la libre circulation des citoyens européens.

Cette loi européenne autorise chaque Etat-membre à mettre un terme aux aides sociales d'un citoyen européen dès lors qu'il constitue "une charge déraisonnable" pour le système d'aide sociale du pays qui l'accueille et à le renvoyer dans son pays d'origine, au-delà du droit accordé à tout citoyen européen de séjourner dans n'importe quel pays de l'UE pendant trois mois.

Des "éléments humanitaires"

La presse belge s'est fait l'écho ces derniers jours du cas d'une famille française avec quatre enfants menacée d'expulsion faute de moyens suffisants de subsistance alors qu'elle réside depuis trois ans en Belgique et d'une autre Française, âgée de 30 ans et résidant également depuis trois ans dans le royaume.

"A l'heure où nous travaillons main dans la main à la construction de bassins de vie transfrontaliers, il est choquant que des expulsions continuent", s'est ému le député des Français du Benelux, Philip Cordery. Le député socialiste a promis de saisir les ministres de l'Intérieur français et belge pour que cessent ces expulsions. Il a également souhaité une révision de la directive européenne de 2004 pour que "la liberté d'installation en Europe soit valable pour tous".

Déjà interrogée sur ce thème en juillet 2012 par la député belge écologiste Zoé Génot, Mme De Block avait assuré que les "éléments humanitaires" sont pris en compte dans chaque cas.

"Je connais une dame française, seule avec deux enfants, résidant en Belgique depuis plus de dix ans; elle a travaillé la majorité des années de sa présence chez nous. Elle vient de se voir forcée de rentrer en France, alors que les enfants étaient ancrés chez nous depuis toutes ces années. Je serais donc intéressée à connaître les motifs humanitaires pouvant être pris en compte", lui avait répondu l'élue écologiste, sans obtenir de réponse.

D. N. avec AFP