BFMTV

GB/Irak: Tony Blair est "devenu fou", selon le maire de Londres

BFMTV

Les propos de Tony Blair sur l'Irak ont soulevé un tollé en Grande-Bretagne où le maire de Londres en est "arrivé à la conclusion" lundi que l'ancien Premier ministre était "devenu fou".

Tony Blair, actuel envoyé spécial du Quartet (Nations unies, Union européenne, Etats-Unis et Russie) au Proche-Orient, a déclaré dimanche que l'offensive jihadiste en cours en ce moment en Irak n'avait aucun lien avec l'intervention américaine et britannique d'il y a 11 ans.

Cette prise de position de l'ancien Premier ministre, très décrié pour son suivisme vis-à-vis des Etats-Unis en 2003, lui a valu les critiques de toutes parts, y compris de son propre camp politique du Labour.

"Je n'étais pas d'accord avec Tony à l'époque et je ne le suis pas aujourd'hui", a affirmé son ancien vice-Premier ministre, John Prescott. Tony Blair a eu "absolument et durablement tort, tort et encore tort" sur cette question, a insisté l'ancienne ministre du Développement international Clare Short, qui avait démissionné en 2003 suite à l'intervention en Irak. Ancien secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Mark Malloch Brown, a carrément supplié Tony Blair de "garder le silence".

Les critiques les plus virulentes à droite sont venues du maire conservateur de Londres, Boris Johnson, qui en est "arrivé à la conclusion que Tony Blair est devenu fou", dans sa chronique hebdomadaire pour le Daily Telegraph lundi.

D. N. avec AFP