BFMTV

Coronavirus: le Brésil dépasse le seuil des 30.000 morts

Une vue aérienne d'un cimetière à Manaus (Brésil), où sont enterrées des victimes du coronavirus, le 2 juin 2020.

Une vue aérienne d'un cimetière à Manaus (Brésil), où sont enterrées des victimes du coronavirus, le 2 juin 2020. - Michael DANTAS / AFP

Dans le pays, le confinement a fait l'objet de violentes confrontations entre les gouverneurs des États, qui ont un pouvoir décisionnaire en matière de santé publique, et le président Jair Bolsonaro. Ce dernier appelant la population à reprendre le travail pour éviter "la faim et la misère" au Brésil.

C'est devenu le nouvel épicentre de l'épidémie. Le Brésil a franchi ce mardi le cap des 30.000 morts du coronavirus, à 31.199, a annoncé le ministère de la Santé. Le pays de 212 millions d'habitants a déploré 1262 morts supplémentaires en 24 heures, le bilan quotidien le plus élevé depuis le 21 mai, ce qui témoigne de la poursuite de la phase ascendante de la pandémie.

Le Brésil, dont le président Jair Bolsonaro appelle régulièrement à la levée des restrictions pour préserver l'économie et l'emploi, représente à lui seul plus de la moitié des cas de contamination et des morts du Covid-19 en Amérique latine. Il a enregistré au total 555.383 cas officiellement confirmés de Covid-19, après une forte progression de près de 29.000 cas au cours des dernières 24 heures.

Des chiffres sous-évalués?

Ces chiffres, dont la communauté scientifique estime qu'ils sont grossièrement sous-évalués dans un pays ne pratiquant que très peu de tests, situent le Brésil à la quatrième place dans le monde pour les morts, derrière les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Italie.

Les deux États brésiliens les plus touchés sont Sao Paulo et Rio de Janeiro, dans le Sud-est. Signal inquiétant, Sao Paulo a enregistré ses chiffres les plus élevés à la fois de décès et de contaminations mardi en 24 heures depuis l'apparition de la Covid-19, et déplore désormais 7994 morts et près de 120.000 cas.

M.D. avec AFP