BFMTV

Après un appel à la tolérance, le roi de Norvège devient célèbre sur le net

Après un discours sur la tolérance, le roi Harald est devenu le chouchou des internautes.

Après un discours sur la tolérance, le roi Harald est devenu le chouchou des internautes. - Lise Aserud / NTB Scanpix / AFP

Après un vibrant appel à la tolérance, le roi Harald V de Norvège a hérité de la sympathie des internautes. Le discours a été visionné 3,2 millions de fois, un record.

3,2 millions de fois. C'est le nombre inhabituel de visionnages du dernier discours du roi de Norvège, Harald V. Une surprise pour le palais, qui a reçu une incroyable quantité de demandes de traduction du texte du roi. 

Sur Internet, le discours du roi de 79 ans, prononcé devant un parterre de diplomates, est devenu viral. Et pour cause, c'est un appel à la tolérance. Depuis 25 ans au pouvoir, le roi s'est livré à une description de l'hétérogénéité de la population norvégienne: 

"Les Norvégiens viennent du nord de la Norvège, du centre, du sud et de toutes les autres régions. Les Norvégiens sont aussi des immigrés venus d’Afghanistan, du Pakistan, de Pologne, de Suède, de Somalie et de Syrie. (…) Il n’est pas toujours facile de dire d’où nous venons, de quelle nationalité nous sommes. Notre maison est là où bat notre cœur. Cela ne dépend pas toujours des frontières d’un pays. Les Norvégiens, ce sont des filles qui aiment des filles, des garçons qui aiment des garçons, et des garçons et des filles qui s’aiment mutuellement. Les Norvégiens croient en Dieu, en Allah, en tout et en rien."

Le roi Harald, ancien navigateur qui a représenté trois fois son pays aux Jeux olympiques, a aussi prié pour la beauté de la Norvège, des "immenses montagnes aux fjords profonds", en passant par les "terres agricoles luxuriantes et les landes généreuses". 

Les internautes ont alors fait rentrer le roi norvégien dans le club très privé des hommes politiques appréciés par la communauté. On y trouve aussi l'ancien président uruguayen Pepe Mujica et le Premier ministre canadien, Justin Trudeau