BFM Lille

Présidentielle 2022: Xavier Bertrand annonce être candidat

Le président de la région Hauts-de-France a annoncé dans une interview au Point se porter candidat pour la présidence de la République en 2022, sans passer par une primaire de la droite.

"Oui je serai candidat", c'est par ces mots que le président de la région Hauts-de-France a annoncé sa candidature à la Présidentielle de 2022. "Je suis totalement déterminé. Dans la situation actuelle de la France, j'estime que c'est mon devoir" a indiqué l'élu dans son interview au Point. Une candidature sans passer par une primaire de la droite. L'élu, ancien membre des Républicains, se défend.

"J'ai une conception gaullienne de l'élection présidentielle : c'est la rencontre d'un homme ou d'une femme avec les Français, autour d'une vision et d'un projet. C'est pourquoi je ne souhaite plus m'inscrire dans la logique d'un seul parti" explique Xavier Bertrand.

Le président de la région Hauts-de-France souhaite désormais rassembler. "Je m'adresse à tous les Français".

Dans le sillage de son message de fermeté régalienne développé cet automne, M. Bertrand promet que le "premier acte" de son mandat serait de "présenter aux Français une loi de programmation quinquennale pour leur sécurité".

Le programme politique avancé dans l'entretien au Point, est axé sur la sécurité. L'homme de 56 ans annonce vouloir "restaurer l'autorité". "Notre pays est gangrené par l'insécurité et la violence."

"Les Français assistent, stupéfaits, à l'effondrement de l'autorité et à la mise en accusation de notre modèle par l'islamo-gauchisme, alors que nous sommes le pays le plus solidaire au monde", indique l'ancien ministre.

"L'ordre et la justice"

Xavier Bertrand propose également d'abaisser l'âge de la majorité pénale à 15 ans, d'instaurer "des peines minimales automatiques" et de construire 20.000 places de prison. Sur le dossier de la justice, l'élu de droite rajoute que "tout étranger condamné à une peine de prison ferme doit être expulsé automatiquement, aussitôt après l'avoir purgée."

"La droite sociale que j'incarne veut l'ordre et la justice", martèle l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy pour qui La valeur travail "doit redevenir l'essentiel, le ciment de la nation".

Xavier Bertrand, pour qui la crise des Gilets jaunes n'est "pas un accident" mais "un dernier avertissement", estime aussi, à trois mois des régionales, qu'il faut "instaurer la République des territoires".

"Mon devoir est de battre Marine Le Pen et de tout faire pour rassembler les Français", résume-t-il.

Selon un récent sondage Ifop pour Marianne, au second tour Xavier Bertrand battrait Marine Le Pen avec 57% des voix. Mais la même enquête le crédite de 14% des voix seulement au premier tour, avec 10 points de retard sur Emmanuel Macron et 14 sur Marine Le Pen.

Alicia Foricher