BFM Business

Retraites: la pénibilité ne passe toujours pas chez les patrons

Le compte pénibilité sera financé par les entreprises.

Le compte pénibilité sera financé par les entreprises. - -

Le projet de loi de réforme des retraites doit être adopté, ce mardi 15 octobre, en première lecture par les députés. La création d'un compte pénibilité mécontente toujours les entreprises, celles-ci devant assumer l'intégralité de son financement.

Le projet de loi portant la réforme des retraites doit être voté ce mardi 15 octobre à l'Assemblée nationale en première lecture. Un texte au final peu modifié par les députés. L'une des principales mesures est l'allongement de la durée de cotisations, qui passera à 43 ans.

La création d'un compte pénibilité en est une autre. Cette mesure qui doit être financée par les entreprises, provoque déjà pas mal de remous. Un responsable patronal prévient ainsi que la pénibilité sera "[leur] prochain combat". Car, depuis le début, il est connu que l'employeur financera ce compte pénibilité. Et pour l'instant aucune compensation n'est prévue.

Jusqu'à 2,5 milliards d'euros par an

Le gouvernement a fait le calcul: il estime le coût de la mesure à 500 millions d'euros dans un premier temps, puis à 2 milliards et demi d'euros en vitesse de croisière.

Dans le détail, il y aura deux niveaux de financement. Le premier prendra la forme d'une cotisation générale payée par toutes les entreprises, dans l'idée d'une solidarité interprofessionnelle. L'exécutif parle d'une cotisation minimale, dans la limite de 0,2% de la masse salariale.

Deuxième niveau: une contribution supplémentaire payée par les entreprises qui ont au moins un salarié exposé à des tâches pénibles.Le taux devrait être fonction du degré de pénibilité.

Ce financement ne convient pas du tout aux chefs d'entreprise qui dénoncent la logique punitive du dispositif. Les entreprises qui ont déjà pris des mesures de prévention contre la pénibilité parlent même de double peine puisque cette taxe vient s'ajouter aux investissements déjà entrepris.

Isbaelle Gollentz